Veolia croit à son OPA sur Suez malgré un nouveau front judiciaire

Veolia croit à son OPA sur Suez malgré un nouveau front judiciaire © Reuters. VEOLIA NE PEUT LANCER SON OFFRE SANS L'ACCORD DU CA DE SUEZ, DIT UN PORTE-PAROLE DE SUEZ

PARIS (Reuters) - Veolia (PA:) s'est déclaré lundi confiant dans sa capacité à mettre en oeuvre son offre publique d'achat sur Suez (PA:) malgré une décision de justice suspendant l'opération et en dépit de la vive opposition à son caractère hostile exprimée par le ministre de l'Economie.

Dans une décision que Reuters a pu consulter, le Tribunal de Commerce de Nanterre a ordonné lundi au groupe de ne pas adresser son projet d'OPA à l'Autorité des marchés financiers (AMF), "ni d'initier d'offre publique sur les titres de Suez non préalablement approuvée par le conseil d'administration de Suez" jusqu'à l'issue d'un débat dans le cadre d'une procédure "à bref délai" qui donnera lieu à une audience prévue le 18 février.

Le numéro un mondial du traitement de l'eau et des déchets a cependant précisé avoir reçu cette ordonnance juste après le dépôt de son OPA à l'AMF, annoncé dimanche soir et réalisé lundi matin à 07h00 selon le groupe, qui juge avoir procédé selon les règles en vigueur.

"Toutes les conditions légales sont satisfaites", a dit son PDG, Antoine Frérot, lors d'une conférence téléphonique.

"Nous maintenons que notre dépôt est valable et, pour les suites (...), elles concerneront la décision de l'Autorité des marchés financiers sur la conformité de cette offre", a-t-il ajouté, précisant que l'AMF devrait rendre sa décision dans un délai d'un mois environ.

Avant le dépôt de son offre, Veolia avait pris le soin de faire savoir qu'il revenait sur son engagement de ne pas la lancer tant que le conseil d'administration de Suez ne l'aurait pas approuvée, invoquant le refus catégorique de dialogue de la direction de sa cible.

Antoine Frérot a précisé que l'OPA, qui valoriserait Suez à 11,3 milliards d'euros, ne serait formellement ouverte aux autres actionnaires de la société qu'à l'issue des procédures engagées auprès des autorités de la concurrence, soit dans un délai de huit à 14 mois.

Vers 12h00, l'action Suez était inchangée à 17,26 euros tandis que Veolia perdait 0,52% à 22,79 euros.

LE MAIRE JUGE L'OPA "CLAIREMENT PRÉCIPITÉE"

Veolia tente depuis la fin de l'été 2020 de mettre la main sur Suez, dont il a déjà acquis 29,9% du capital auprès d'Engie (PA:), un scénario que rejette farouchement son concurrent en évoquant les risques de démantèlement et de suppressions d'emplois et qui a déclenché une guérilla judiciaire entre les deux parties.

Lundi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a dénoncé sur Europe 1 l'offre "inamicale" de Veolia et annoncé la saisine de l'AMF pour vérifier la conformité des annonces du groupe avec ses précédents engagements en évoquant "des questions de transparence", "des problèmes de concurrence" potentiels et une démarche "clairement précipitée".

Après avoir récupéré ses droits de vote - précédemment bloqués par la justice -, Veolia devrait avoir l'occasion de promouvoir son OPA sur Suez et potentiellement d'obtenir la mise en place d'une direction qui lui serait favorable dans le cadre d'une assemblée générale des actionnaires de sa cible qui doit se tenir d'ici à fin juin.

Suez a toutefois encore la possibilité de faire émerger une solution alternative avec les fonds Ardian et Global Infrastructure Partners (GIP), dont les contours ont été esquissés mi-janvier et à laquelle l'américain Carlyle pourrait s'associer, selon L'Agefi.

"S'opposer à notre projet, ça revient à soutenir l'offre des fonds financiers", a estimé Antoine Frérot lundi en réponse à une question sur les propos de Bruno Le Maire.

(Benjamin Mallet et Gwénaëlle Barzic, édité par Blandine Hénault)

Let's block ads! (Why?)