Trade d'inflation, vote du stimulus, accident de Boeing - Quoi de neuf sur les marchés ce lundi

Par Geoffrey Smith

Investing.com -- Les prix des métaux de base atteignent leur plus haut niveau depuis 10 ans alors que les paris sur la reflation affaiblissent le dollar et les obligations à long terme. Les actions devraient s'ouvrir à la baisse, car les analystes modifient leurs modèles pour tenir compte de la hausse des coûts du capital. Boeing immobilise certains de ses 777 et la reprise du pétrole se poursuit. Voici ce que vous devez savoir sur les marchés financiers le lundi 22 février.

1. Les métaux en hausse

Le trade de l'inflation, ou de la reflation si vous préférez, a repris vie, les prix des métaux de base atteignant des sommets pluriannuels en raison des attentes d'une reprise mondiale synchrone.

Pour la première fois depuis 2011, les contrats à terme sur le à Londres ont franchi la barre des 9 000 dollars la tonne, allant jusqu'à 9 233 dollars avant de se replier, tout en se maintenant au-dessus du niveau des 9 000 dollars. Les contrats à terme sur le , l'ingrédient clé de la fabrication de l'acier, ont atteint leur plus haut niveau en trois semaines à Singapour et sont maintenant à moins de 5 % du plus haut niveau en dix ans qu'ils ont atteint en janvier. Les contrats à terme sur le ont atteint leur plus haut niveau en deux ans, tandis que les contrats à terme sur l' ont atteint leur plus haut niveau depuis 2018.

Les échanges sur les métaux sont le revers de la médaille de la vente du et de bons du de long terme. Cette tendance a été renforcée par la perspective du vote du plan de relance américain de 1,9 trillion de dollars à la Chambre des représentants cette semaine.

2. Les actes de réchauffement de Powell

C'est un début de semaine tranquille en ce qui concerne le calendrier des données, avec seulement des enquêtes des Fed de et de .

En outre, le gouverneur de la Fed s'exprimera à 21h30, faisant office de mise en jambe pour le président Jerome Powell, dont les deux jours de témoignage au Congrès, mardi et mercredi, seront l'un des plus grands événements de la semaine.

Plus tôt, une enquête menée en et en Allemagne a révélé une hausse de la confiance des entreprises. L'enquête allemande , suivie de près, a dépassé les prévisions tant en ce qui concerne les conditions actuelles que les attentes des entreprises, en raison principalement de la vigueur du secteur manufacturier.

3. Les marchés US devraient ouvrir à la baisse

Les marchés boursiers américains devraient ouvrir à la baisse plus tard, car la perspective d'une hausse des rendements obligataires se traduit par une augmentation des coûts du capital pour les entreprises, ce qui a fait baisser les rendements des capitaux propres.

À 13h35, les étaient en baisse de 183 points, soit 0,6 %, tandis que les étaient en baisse de 0,8 % et les lourds en technologie étaient en baisse de 1,2 %.

Parmi les actions susceptibles d'être visées plus tard figurent Berkshire Hathaway (NYSE:) et Dish Networks (NASDAQ:), qui annoncent tous deux des résultats avant l'ouverture. Le secteur du pétrole et du gaz domine les derniers rapports, avec Williams (NYSE:), Occidental (NYSE:) et Diamondback (NASDAQ:) qui présentent tous des résultats.

4. Boeing immobilise un 777 après une panne de moteur

Une autre action susceptible d'être examinée plus tard est celle de Boeing (NYSE:), qui a demandé aux compagnies aériennes de faire atterrir tout avion 777 utilisant un modèle particulier de moteur Pratt & Whitney. L'un des moteurs d'un vol de United Airlines au départ de Denver a explosé ce week-end, laissant des débris au-dessus d'un quartier. Il n'y a eu aucun décès.

C'est le dernier embarras en date pour la compagnie, qui vient à peine de recevoir l'autorisation des autorités réglementaires de commencer à faire voler ses 737 MAX après deux ans de présence au sol à la suite d'accidents mortels.

Les actions de Boeing ont chuté de 3,7 % avant l'ouverture du marché, tandis que celles de Raytheon (NYSE:), le propriétaire de Pratt & Whitney, ont baissé de 2,9 %.

5. Le pétrole reprend son rallye

Les prix du pétrole brut ont commencé la semaine en hausse, sur fond de signes de retour à la normale du complexe énergétique texan après la vague de froid de la semaine dernière qui a mis hors service les puits de production, les oléoducs et les raffineries.

A 13h40, les contrats à terme sur le ont augmenté de 0,8% à 59,72$ le baril, tandis que les contrats sur le ont augmenté de 0,8% à 62,62$ le baril.

Les données publiées vendredi ont montré que la flambée des prix de la semaine dernière s'était produite sans soutien majeur des acteurs spéculatifs, ce qui laisse penser qu'il sera plus difficile de la dénouer.

Bloomberg a rapporté qu'une dispute couvait entre l'Arabie Saoudite et la Russie lors de leur prochaine réunion pour revoir les niveaux de production de pétrole, les Russes étant plus désireux que leurs partenaires du Golfe d'augmenter les niveaux de production. Le Wall Street Journal avait rapporté la semaine dernière que l'Arabie Saoudite voulait inverser la réduction unilatérale d'un million de barils par jour qu'elle avait faite pour février et mars.

Let's block ads! (Why?)