Les résultats assurent la poursuite du rebond des actions

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE © Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue dans le vert et les Bourses européennes montent pour la troisième séance d'affilée mercredi, une nouvelle salve de résultats bien accueillis et l'optimisme sur la relance aux Etats-Unis assurant la poursuite du rebond, tandis que se confirme l'arrêt des turbulences provoquées par la mobilisation d'investisseurs individuels contre des fonds d'investissement.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,1% environ pour le , de près de 0,4% pour le Standard & Poor's 500 et de 0,7% pour le .

À Paris, le gagne 0,43% à 5.586,99 points vers 12h00 GMT. A Londres, le prend 0,14% et à Francfort, le avance de 0,79%.

L'indice est en hausse de 0,88%, le de 0,62% et le de 0,72%.

Après la poussée de volatilité de la semaine dernière liée au mouvement anti-vendeurs à découvert, les marchés américains pourraient se diriger vers un nouveau tour de vis réglementaire: Janet Yellen, la nouvelle secrétaire au Trésor, devrait en tout cas s'entretenir du sujet dès jeudi avec les dirigeants des principales autorités concernées (SEC, Réserve fédérale et CFTC).

En attendant, la fin de l'effervescence boursière laisse le champ libre aux publications de résultats, dont la tonalité reste globalement positive, comme l'ont encore montré mardi soir les annonces d'Alphabet (NASDAQ:) et Amazon (NASDAQ:).

Sur le front macroéconomique, les investisseurs surveilleront à 13h15 GMT les résultats de l'enquête mensuelle ADP (PA:) sur l'emploi privé aux Etats-Unis, à 48 heures du rapport mensuel du département du Travail.

VALEURS EN EUROPE

Tous les grands secteurs de la cote européenne évoluent en territoire positif à mi-séance, les plus fortes progressions étant pour les télécommunications (+2,09%) et les services aux collectivités ("utilities") (+1,75%).

Le compartiment bancaire (+0,74%) bénéficie de la hausse marquée des cours des banques italiennes comme UniCredit (+5,14%) ou Intesa Sanpaolo (MI:) (+5,37%), dopées par les spéculations sur la possibilité que l'ex-président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi prenne la tête du gouvernement à Rome.

A Madrid, Santander avance de 0,77% après avoir battu le consensus au quatrième trimestre et dit tabler sur un rebond cette année.

A Paris, Publicis (PA:) réduit ses gains et ne prend plus que 0,96% après avoir gagné jusqu'à près de 8%, le marché saluant des résultats supérieurs aux attentes grâce entre autres à la filiale américaine Epsilon.

A Francfort, Siemens (SIX:) s'adjuge 2,17% après avoir relevé ses prévisions annuelles.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans poursuit sa remontée, à 1,1186%.

Sur le marché obligataire européen, la séance est dominée par la chute des rendements italiens, la plus marquée depuis juin, liée à l'évocation d'une arrivée de Mario Draghi à la tête du gouvernement. Le rendement des BTP à dix ans chute de points de base à 0,569%.

Le rendement du Bund allemand de même échéance, lui, est en hausse d'un peu plus d'un point de base à -0,476%.

CHANGES

L'euro reste orienté à la baisse, ni les spéculations sur le prochain gouvernement italien ni la remontée plus marquée qu'attendu de l'inflation en zone euro ne suffisant à enrayer le repli entamé lundi: il cède 0,25% face au dollar à 1,2012 après un plus bas de deux mois à 1,2010.

PÉTROLE

Le prix du baril évolue au plus haut depuis fin février 2020 après l'annonce par l'American Petroleum Institute (API) d'une baisse des stocks de brut (-4,3 millions de barils) et d'essence (-240.000 barils) aux Etats-Unis la semaine dernière, qui conforte le scénario d'une reprise progressive de la demande.

Le gagne 0,8% à 57,92 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) 0,55% à 55,06 dollars.

(Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)

Let's block ads! (Why?)