Les espoirs de relance favorisent toujours la hausse des actions

Les espoirs de relance favorisent toujours la hausse des actions © Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue dans le vert et les Bourses européennes continuent de monter lundi à mi-séance tandis que les rendements obligataires de référence sont en hausse, les investisseurs conservant de l'appétit pour les actifs risqués grâce à la perspective d'une reprise de l'économie mondiale.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,3% à 0,4%.

À Paris, le gagne 0,68% à 5.697,94 points vers 12h05 GMT. À Francfort, le prend 0,24% et à Londres, le est en hausse de 1,13%.

L'indice paneuropéen s'octroie 0,5%, l' de la zone euro monte de 0,43% et le de 0,49%.

Tokyo a fini au plus haut depuis plus de 30 ans et Wall Street reste sur sa meilleure performance hebdomadaire depuis trois mois, tous les grands marchés actions profitant de l'espoir suscité par le plan de relance de 1.900 milliards de dollars (1.575 milliards d'euros environ) de l'administration Biden, vu comme le moteur de la reflation attendue avec impatience par les investisseurs.

Si le Congrès approuve le plan de 1.900 milliards de dollars, les Etats-Unis devraient renouer avec le plein emploi l'année prochaine, a déclaré dimanche la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen.

Les investisseurs sont rassurés également par la poursuite du déploiement des vaccins, les données suggérant une tendance à la baisse du nombre d'infections dans plusieurs pays dont les États-Unis et des résultats trimestriels globalement bien reçus.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

Les espoirs renforcés de reprise économique profitent logiquement aux valeurs cycliques: l'indice Stoxx des ressources de base prend 2,2% et celui des banques 1,32%.

Ce dernier profite également de la nette progression des banques italiennes dont l'indice affiche un gain de 3,46%, les investisseurs espérant que la formation éventuelle d'un gouvernement dirigé par l'ex-président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi favorisera à la fois l'assainissement de la situation économique et la concentration dans le secteur.

Dialog Semiconductor est en tête du Stoxx 600 avec une progression de 16,61% après accepté d'être racheté par le japonais Renesas Electronics pour 4,9 milliards d'euros en numéraire.

Europcar (PA:) Mobility s'envole de 21,76% avec une ruée à l'achat sur le titre décoté du loueur de voitures, en pleine restructuration financière.

Plus forte hausse du CAC 40, Capgemini (PA:) (+2,22%) bénéficie des relèvements d'objectif de cours de Kepler Cheuvreux et HSBC (LON:).

En baisse, Veolia (PA:) cède 0,7% alors que la justice lui a ordonné de suspendre le lancement de son OPA réalisée dans la matinée sur le solde du capital de Suez (PA:) (-0,46%).

Ocado (LON:), Asos et Boohoo perdent de 0,64% à 4,74% après une information du Sunday Times qui a rapporté dimanche que Londres prévoyait de taxer les distributeurs et les entreprises technologiques dont les bénéfices ont grimpé en flèche grâce à la pandémie.

TAUX

Le rendement des emprunts d'Etat américains à dix ans est hausse de deux points de base à 1,1877%, après un pic de onze mois à 1,20 en séance, et son équivalent allemand monte aussi, à -0,424%.

A contre-courant, le rendement italien à dix ans cède environ deux points de base sur la perspective d'un prochain gouvernement dirigé par Mario Draghi.

CHANGES

Le dollar regagne 0,13% contre un panier de monnaies internationales de référence après avoir perdu plus de 0,5% vendredi en réaction à la déception sur le rapport de l'emploi de janvier.

L'euro cède 0,12% à 1,2028 dollar.

Le moral des investisseurs dans la zone euro est tombé est négatif en février à -0,2 point à cause des mesures de confinement alors le consensus s'attendait à une amélioration à 1,9 après 1,3 en janvier, montre l'enquête mensuelle de l'institut Sentix.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont à leurs plus hauts niveaux depuis fin janvier 2020, dopés par des réductions de l'offre par les principaux producteurs et par l'espoir de nouvelles mesures de relance économique aux États-Unis.

Le gagne 1,3% à 60,11 dollars le baril, après un pic à 60,27, et le (West Texas Intermediate, WTI) prend 1,25% à 57,56 dollars, après un plus haut à 57,68.

(avec Marc Angrand, édité par Patrick Vignal)

Let's block ads! (Why?)