La hausse des actions se poursuit grâce aux espoirs de reprise

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE © Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse modérée à l'ouverture et les Bourses européennes sont dans le vert pour la quatrième journée d'affilée jeudi à mi-séance, les investisseurs continuant d'espérer une reprise économique mondiale rapide.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,1% à 0,3%.

À Paris, le gagne 0,41% à 5.585,8 points vers 11h45 GMT. À Francfort, le prend 0,51% et à Londres, le FTSE avance de seulement 0,1%, freiné par le repli d' Unilever (LON:).

L'indice paneuropéen s'octroie 0,23%, l' de la zone euro est en hausse de 0,34% et le de 0,16%.

La Bourse de Milan grappille encore 0,34% après avoir bondi de 2% mercredi après la décision du président italien de charger l'ancien président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, de former un gouvernement.

L'optimisme des investisseurs quant au plan de relance américain reste l'un des principaux facteurs de soutien des marchés. Mercredi, le Congrès, où les démocrates sont majoritaires, a avancé sur une procédure destinée à l'adoption du projet d'un montant de 1.900 milliards de dollars sans avoir besoin de soutiens dans les rangs républicains.

En Allemagne, les partis représentés au sein de la coalition gouvernementale ont approuvé mercredi une série de nouvelles mesures de soutien destinées à soutenir une économie toujours malmenée par les retombées de la pandémie de coronavirus.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Parmi les valeurs à suivre à l'ouverture de Wall Street, le fabricant de puces Qualcomm (NASDAQ:) est indiqué en baisse de 5% en avant-Bourse après la publication mercredi soir d'un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes, pénalisé par des contraintes d'approvisionnement dans le secteur.

VALEURS EN EUROPE

Les résultats continuent d'animer la cote en Europe, notamment ceux de Dassault Systèmes (PA:), qui prend 5,44%, la plus forte hausse du CAC 40 et du Stoxx 600, après avoir annoncé des résultats trimestriels robustes et dit prévoir une croissance de son chiffre d'affaires de 9% à 10% cette année à taux de change constants.

TechnipFMC (PA:) prend 3,78% après avoir annoncé que Technip Energies, sa branche spécialisée dans les grands projets d'ingénierie parapétrolière, deviendrait officiellement une unité indépendante le 16 février.

A la baisse, Michelin (PA:) recule de 1,20%, pénalisé par un abaissement de conseil de BofA Global Research à "neutre".

Après une ouverture en hausse, l'action Deutsche Bank (DE:) s'est rapidement retournée à la baisse et cède désormais 1,39% bien que la banque allemande ait dégagé son premier bénéfice annuel depuis six ans.

Bayer (DE:) avance de 5,24% après avoir annoncé mercredi soir un accord amiable aux Etats-Unis dans le dossier du Roundup qui pourrait le conduire à débourser jusqu'à deux milliards de dollars, un montant déjà provisionné.

Plus forte baisse du , Unilever perd 3,78%, le géant des produits de grande consommation ayant publié une croissance de ses ventes inférieure aux attentes dans les marchés émergents au quatrième trimestre.

TAUX

Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans se stabilise autour de 1,1375% après être monté à plus de 1,15, un pic de trois semaines, toujours porté par des indicateurs encourageants et les espoirs sur le plan de relance, en attendant la publication, à 13h30 GMT, des chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage aux Etats-Unis.

Son équivalent allemand est inchangé à -0,465%.

CHANGES

L'"indice dollar", qui profite des bons indicateurs américains publiés la veille, poursuit sa hausse (+0,28%) à un plus haut de deux mois.

"Ces gains sont justifiés par la confiance croissante des investisseurs dans un avenir plus rose pour l'économie américaine, alimentée par la promesse offerte par le plan de relance de Joe Biden et par les chiffres encourageants de l'emploi dans le secteur privé", a déclaré Ricardo Evangelista, analyste senior chez ActivTrades.

L'euro est repassé sous 1,2 dollar, une première depuis le 1er décembre.

La livre sterling est à son plus bas niveau depuis plus de deux semaines face au dollar avant une réunion de la Banque d'Angleterre (BoE), les cambistes se montrant prudents face à la possibilité de taux négatifs bien qu'une majorité d'analystes ne s'attendent pas à ce qu'ils soient mis en place de sitôt.

"La livre pourrait bénéficier du maintien par la BoE de sa position critique sur les taux négatifs. Toutefois, en ce qui concerne le Brexit, nous continuons à voir des risques de baisse pour la devise britannique", a écrit dans une note You-Na Park-Heger, stratégiste chez Commerzbank (DE:).

PÉTROLE

Les cours du pétrole progressent, portés par le maintien par l'Opep+ d'une limitation de production à l'issue d'une réunion mensuelle et par l'annonce de l'Energy Information Administration (EIA) d'une baisse inattendue des stocks aux Etats-Unis la semaine dernière, à leur plus faible niveau depuis mars.

Le gagne 0,67% à 58,85 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,83% à 56,15 dollars.

(édité par Patrick Vignal)

Let's block ads! (Why?)