StockBeat: La Norvège donne une image désolante sur l'avenir de Tesla

© Reuters.  © Reuters.

Par Geoffrey Smith

Investing.com -- Que se passe-t-il lorsque Tesla (NASDAQ:) a de la concurrence ?

Ceux qui s'attendent à ce que l'évaluation du marché du constructeur de voitures électriques revienne à quelque chose de plus rationnel ont souvent souligné l'émergence de concurrents comme un déclencheur potentiel d'une rébellion.

Toutefois, l'avantage considérable de Tesla en tant que "premier arrivé" a jusqu'à présent limité cette hypothèse : même en Chine, le plus grand marché mondial pour les véhicules électriques, Tesla a livré plus de voitures l'année dernière que Li Auto (NASDAQ:), Xpeng (NYSE:{) et Nio (NYSE:) - ses trois rivaux chinois cotés à New York - réunis.

Mais certains signes indiquent que son avantage ne va pas durer éternellement, surtout en dehors des États-Unis, où le culte de la personnalité d'Elon Musk a moins de prise sur l'imagination du public.

Prenez la Norvège, par exemple. Ses niveaux de revenus extrêmement élevés et ses subventions gouvernementales massives ont accéléré l'adoption de la nouvelle technologie. Selon les données d'immatriculation publiées mardi par la Fédération routière norvégienne (OFV), les véhicules électriques à batterie représentent plus de 54 % de toutes les voitures vendues, tandis que les hybrides représentent 29 % supplémentaires. En décembre, leur part de marché cumulée est passée à plus de 92 %.

Ainsi, la Norvège donne une idée approximative de ce à quoi ressemblera le marché automobile lorsque le consommateur moyen pourra s'offrir un VE.

Mais l'acheteur moyen de voitures ne semble pas favoriser Tesla par rapport à toute autre marque capable de produire une alternative décente : le modèle 3 était le seul représentant de la société parmi les 20 premiers modèles de voitures vendus l'année dernière, et n'est arrivé qu'en 7e position, avec 2 081 ventes. En tête de liste, on trouve l'Audi e-tron, avec plus de 7 000 exemplaires vendus, ce qui est de bon augure pour sa société mère Volkswagen (DE:). La Mercedes-Benz EQC et même la Nissan (OTC:) Leaf en ont vendu plus. Si les statistiques de l'OFV ne font pas de distinction entre les ventes électriques et les ventes conventionnelles de la VW Golf et de la Hyundai (KS:) Kona, il semble très probable que leurs versions électriques se vendent aussi facilement mieux que tout ce qui est mis sur le marché par Tesla. Il est clair que les réseaux de concessionnaires établis et la reconnaissance de la marque ont toujours leur importance.

Avant que les fanboys ne s'énervent trop, cela ne veut pas dire que les voitures ci-dessus sont objectivement meilleures. Ce qu'elle reflète, c'est que le marketing de Tesla n'a pas le même effet sur tout le monde. Près de la moitié des voitures achetées en Norvège le sont par des entreprises (48,7 % en 2020, selon l'OFV), et dans toute l'Europe, près de la moitié des ventes de voitures au détail sont réalisées par des femmes. Aucun des deux segments n'est aussi sensible aux geekeries technologiques qui est à l'origine des ventes de Tesla aux États-Unis, et il est difficile d'imaginer qu'ils le seront un jour.

Tesla peut affirmer, à juste titre, qu'elle sera plus compétitive en Europe lorsque son usine de Berlin démarrera plus tard cette année. Et il n'y a aucune raison de penser qu'elle ne vendra pas assez facilement toute sa production, étant donné la taille du marché et les forces réglementaires qui poussent à une adoption plus rapide des VE.

Mais le modèle norvégien suggère que Tesla ne va pas se lancer dans la concurrence du rouleau compresseur comme l'exige son évaluation. Et, étant donné le déploiement plus rapide des modèles électriques par les marques établies, Tesla verra bientôt se réduire les revenus qu'elle tire de la vente de crédits d'émission, exposant ainsi sa faible rentabilité d'exploitation.

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Let's block ads! (Why?)