LSE veut utiliser les SPAC pour maintenir l'attractivité de la Bourse de Londres

© Reuters.  © Reuters.

par Huw Jones et Rachel Armstrong

LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne devrait utiliser les SPAC pour renforcer l'attrait de la Bourse de Londres en tant que centre financier mondial après le Brexit, a déclaré le directeur général de London Stock Exchange, David Schwimmer.

Après avoir finalisé vendredi l'acquisition de la société de données et d'analyse financières Refinitiv pour 27 milliards de dollars (22,23 milliards d'euros), l'opérateur de la Bourse de Londres devrait jouer un rôle central dans le maintien de la compétitivité de l'important secteur des services financiers britanniques après le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne.

La City de Londres doit faire face à la concurrence croissante d'Amsterdam où la majeure partie des échanges d'actions en euros a été transférée le 4 janvier.

"Les SPAC (Special Purpose Acquisition Companies) ont clairement pris leur envol sur les marchés américains. Il y a une curiosité grandissante et un intérêt potentiel à en voir plus à Londres", a déclaré David Schwimmer.

Un SPAC est une société sans activité opérationnelle dont les titres sont émis en Bourse pour une durée limitée dans le but de réaliser une ou plusieurs acquisitions dans un secteur particulier.

Paris et Stockholm s'intéressent de plus en plus aux SPAC, devenus les véhicules d'investissement les plus populaires à Wall Street l'année dernière.

L'entrepreneur des télécoms Xavier Niel et le banquier Matthieu Pigasse ont lancé l'an dernier un deuxième "SPAC" en France, associés au distributeur Moez-Alexandre Zouari, destiné à mener des acquisitions dans la production et la distribution de biens de consommation durable.

Xavier Niel et Matthieu Pigasse avaient déjà lancé le premier SPAC français en 2016 dans le secteur de l'audiovisuel, devenu depuis le groupe Mediawan.

Une revue en cours des règles de cotation en Grande-Bretagne, soutenue par le gouvernement, devrait donner lieu à une série de recommandations le mois prochain, censées aider Londres à mieux concurrencer New York en attirant des sociétés technologiques.

"Nous pensons vraiment qu'il y a moyen d'apporter certains changements qui nous permettraient d'avoir un régime de cotation plus attrayant, tout en maintenant des normes élevées de gouvernance d'entreprise", a déclaré David Schwimmer à Reuters.

"Je pense que Londres gardera son statut de capitale financière mondiale."

David Schwimmer a par ailleurs déclaré que la bataille boursière opposant depuis plusieurs jours une coalition d'investisseurs individuels à des fonds spéculatifs spécialisés dans la vente à découvert n'avait pas gagné la Bourse de Londres, qui surveille cet frénésie de près.

"Nous avons vu les troubles causées par les nouvelles technologies et les médias sociaux dans un certain nombre d'autres secteurs, il n'est donc pas surprenant de les voir sur les marchés financiers", a-t-il indiqué.

(Version française Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Bélot)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Let's block ads! (Why?)