Le rachat de Carrefour par un groupe étranger serait une difficulté majeure, dit Le Maire

© Reuters. LE RACHAT DE CARREFOUR PAR UN GROUPE ÉTRANGER SERAIT UNE DIFFICULTÉ MAJEURE, DIT LE MAIRE © Reuters. LE RACHAT DE CARREFOUR PAR UN GROUPE ÉTRANGER SERAIT UNE DIFFICULTÉ MAJEURE, DIT LE MAIRE

PARIS (Reuters) - Le rachat de Carrefour (PA:) par une entreprise étrangère représenterait une difficulté majeure, a déclaré jeudi le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, mettant en avant la sécurité alimentaire des Français.

Ces déclarations interviennent après l'annonce par le géant canadien Alimentation Couche-Tard d'une offre non contraignante déposée auprès de Carrefour au prix de 20 euros par action et principalement en numéraire.

"Je n'ai rien contre cette grande entreprise canadienne, je pense que Carrefour est une entreprise très solide et je lui fais pleinement confiance pour améliorer son modèle et développer un nouveau mode de distribution", a dit Bruno Le Maire lors d'une intervention à la conférence Reuters Next.

"Mais que Carrefour se fasse racheter par une entreprise étrangère serait une difficulté majeure pour nous tous", a-t-il poursuivi. "La sécurité alimentaire est au coeur des défis stratégiques de tous les pays développés".

Plus tôt jeudi, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, s'est dit également "opposée" à un rachat de Carrefour, en évoquant l'importance du groupe de distribution dans la sécurité des chaînes d'approvisionnement alimentaires en France.

"Je suis favorable à ce qu'il n'y ait pas de remise en cause de l'actionnariat actuel de Carrefour pour qu'il puisse poursuivre sa stratégie, donc opposée à un rachat", a-t-elle dit sur Europe 1.

A la Bourse de Paris, le titre Carrefour reculait de 5,24% à 16,62 euros à 13h57 après avoir bondi de 17% mercredi à la suite de la marque d'intérêt d'Alimentation Couche-Tard.

Le marché intègre probablement une plus faible probabilité pour qu'un rapprochement ait lieu face aux obstacles politiques, a relevé Ioannis Pontikis, analyste chez Morningstar.

Une source proche de Carrefour a indiqué que le groupe était surpris par les commentaires de Bruno Le Maire, qu'il a jugé prématurés.

"Nous sommes surpris par cette réaction alors que nous sommes qu'à un stade très préliminaire", a dit cette source à Reuters.

Une source proche du dossier a également indiqué à Reuters qu'il était encore trop tôt pour dire qu'un accord ne serait pas conclu.

En 2005, l'intérêt du géant américain PepsiCo pour le groupe d'agroalimentaire Danone (PA:) avait déjà provoqué une levée de boucliers de la part des responsables politiques.

Depuis, la France a renforcé son arsenal législatif pour protéger les entreprises françaises jugées stratégiques de l'appétit de groupes étrangers, notamment dans le cadre de la loi Pacte adoptée en 2019.

(Leigh Thomas, Dominique Vidalon, Gwenaëlle Barzic, Matthieu Protard, Sarah White et Keith Weir; version française Bertrand Boucey et Blandine Hénault, édité par Nicolas Delame)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Let's block ads! (Why?)