Covid-19 : Goldman Sachs détaille les risques économiques des nouvelles variantes

Investing.com – Dans une note d’analyse publiée en fin de semaine dernière, la banque Goldman Sachs (NYSE:) explique en détail comment les nouvelles variantes du coronavirus apparues au Royaume-Uni et en Afrique du Sud pourraient compromettre la croissance économique mondiale en 2021, malgré les nouvelles positives sur la distribution des vaccins.

Selon les analystes de la banque, l'émergence de nouvelles variantes pourrait avoir un impact sur la propagation du virus, le déploiement des vaccins, les restrictions de verrouillage et la croissance économique mondiale.

"Nous prévoyons toujours une forte reprise mondiale dans le courant de l'année en raison de la diminution de la sensibilité du PIB au virus, d'une politique fiscale et monétaire favorable et de campagnes de vaccination réussies", a écrit l'analyste Daan Struyven.

"Néanmoins, nous pensons qu'un virus plus contagieux pourrait peser lourdement sur la croissance dans les mois à venir. Des mutations supplémentaires du virus pourraient également représenter un risque pour l'économie mondiale à plus long terme".

Les nouvelles variantes du Royaume-Uni et en Afrique du Sud, sont "probablement beaucoup plus infectieuses" selon une recherche médicale citée par la banque. La banque souligne notamment qu’un épidémiologiste de Yale lui aurait affirmé que la variante britannique serait entre 40 et 90 % plus transmissible que la souche originale.

Bien que les nouvelles variantes ne semblent pas être plus mortelles que la maladie d'origine, et que la plupart des experts estiment que les précautions habituelles, seront efficaces contre les nouvelles souches, les analystes de GS ont déclaré qu'ils "ne peuvent exclure" un scénario défavorable dans lequel les pays seraient contraints de re-vacciner rapidement les populations avec des vaccins adaptés, si les traitements actuels s'avèrent inefficaces contre une future nouvelle souche.

Alors que les principaux vaccins utilisant la technologie Arn messager pourraient être adaptés en six semaines seulement, Goldman a déclaré que "les délais de réglementation, de fabrication et de distribution seraient probablement beaucoup plus courts qu'en 2020-2021, mais néanmoins suffisamment longs pour provoquer des dommages économiques importants".

Parmi les autres risques soulevés par GS à propos des nouvelles souches de covid-19, Goldman a cité la forte probabilité que de nouvelles variantes se répandent rapidement dans les pays où les restrictions ont été quelque peu assouplies, comme la Nouvelle-Zélande et la Chine.

Par ailleurs, les nouvelles variantes pourraient exercer une pression accrue sur les systèmes de santé et retarder le déploiement des vaccins en épuisant les ressources.

De plus, la banque souligne que les autorités sanitaires mondiales pourraient décider de relever la barre à partir de laquelle les populations sont considérées comme ayant atteint l'immunité collective, ce qui signifie que des restrictions pourraient être en place plus longtemps que prévu.

"Bien que les experts estiment que les vaccins actuels resteront probablement efficaces pour les mutations actuelles, la nécessité éventuelle d'ajuster et de redistribuer les vaccins pourrait constituer un important risque au cours des prochaines années", a déclaré la banque.

Let's block ads! (Why?)