Avec près de 14.000 nouveaux cas en 24 heures, la France reste au-dessus de "l'objectif des 5.000"

© Reuters. AVEC PRÈS DE 14.000 NOUVEAUX CAS EN 24 HEURES, LA FRANCE RESTE AU-DESSUS DE © Reuters. AVEC PRÈS DE 14.000 NOUVEAUX CAS EN 24 HEURES, LA FRANCE RESTE AU-DESSUS DE "L'OBJECTIF DES 5.000"

PARIS (Reuters) - La France a fait état mardi de 13.713 cas supplémentaires de contamination au coronavirus au cours des dernières 24 heures, encore très au-dessus de l'objectif des 5.000 cas par jour qui est l'une des conditions fixées par Emmanuel Macron pour passer autour du 15 décembre à une nouvelle étape du déconfinement.

Pour ce qui est des hospitalisations, 25.914 patients sont actuellement hospitalisées en raison du COVID-19, un chiffre qui repart en baisse après deux journées de progression.

En réanimation, on recense 3.088 lits occupés, 110 de moins que la veille.

La pression exercée sur les services de réanimation par le traitement de malades atteints du Covid-19 est en constant recul depuis le 16 novembre, quand on comptait 4.919 lits occupés. Et les chiffres en réanimation se rapprochent du second objectif fixé par Emmanuel Macron le 24 novembre dernier, autour de 2.500-3.000 lits.

En revanche, les nouvelles contaminations se maintiennent à des niveaux élevés: elles étaient en moyenne de 11.180 cas par jour dans la semaine du 23 au 29 novembre, de 10.650 cas par jour la semaine dernière (du 30 novembre au 6 décembre) et donc 13.717 de plus pour la seule journée de mardi.

Cette dynamique va conduire l'exécutif, qui se réunit ce mercredi en Conseil de défense sanitaire à l'Elysée, à adapter les décisions attendues autour du 15 décembre en prévision des fêtes de fin d'année.

La question d'une réouverture des théâtres, des cinémas et des musées, envisagée dans les prochains jours, tout comme celle de l'instauration d'un couvre-feu à la place de l'actuel confinement, seront au menu de cette réunion présidée par Emmanuel Macron.

Lors de son allocution télévisée du 24 novembre, le chef de l'Etat avait annoncé que le confinement généralisé instauré le 30 octobre pour endiguer une deuxième vague épidémique serait levé mardi prochain si le nombre de cas journaliers descendait à 5.000 et le nombre de lits de réanimation occupés par des patients COVID-19 tombait à 2.500-3.000.

Selon plusieurs sources gouvernementales, "un discours de vigilance" s'impose pour éviter "un relâchement généralisé", alors que les commerces dits non essentiels sont ouverts depuis fin novembre, contribuant à un regain de déplacements, désormais autorisés dans un rayon de 20 km autour de son domicile.

Pour les décès, la France a enregistré 831 morts supplémentaires, dont 377 au cours des dernières 24 heures en milieu hospitalier. Dans les Ehpad, où les chiffres n'est actualisé que deux fois par semaine, le bilan s'est alourdi de 454 décès par rapport à vendredi dernier.

Depuis le début de l'épidémie, le coronavirus a touché 2.309.621 personnes et provoqué 56.352 décès.

(Jean-Philippe Lefief, Elizabeth Pineau et Henri-Pierre André)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Let's block ads! (Why?)