StockBeat: Landsec et Unibail prouvent qu'il y a encore de la vie chez les propriétaires

© Reuters.  © Reuters.

Par Geoffrey Smith

Investing.com -- Peu de secteurs ont été aussi durement touchés par la pandémie que les propriétaires commerciaux, aussi toute personne à la recherche d'un rebond marqué par rapport à des niveaux en détresse voudra peut-être jeter un œil sur les nouvelles de deux des plus grands d'Europe ce mardi matin.

Les actions de WFD Unibail Rodamco (AS:) ont augmenté de 24% et celles de la société britannique Landsec (LON:) de 7,5% après des communiqués de presse qui, bien que de nature différente, laissaient présager un avenir plus prometteur.

Pour Unibail, la question est relativement simple. La direction avait voulu lever des capitaux frais pour traverser la crise. Unibail a commencé l'année en cours encore accablé par son acquisition de Westfield en 2017, financée par la dette. Les actionnaires, menés par le magnat français Xavier Niel, ont estimé que la direction devrait plutôt lever davantage de fonds par la vente d'actifs, notamment par la vente des centres commerciaux de Westfield aux États-Unis.

Lors d'une réunion d'actionnaires lundi, suffisamment d'actionnaires se sont ralliés à Niel et à ses alliés pour bloquer l'émission d'actions et éliminer le risque de dilution.

Ce vote est l'une des premières conséquences concrètes de l'annonce faite lundi par Pfizer (NYSE:) et Biontech concernant l'efficacité de leur vaccin Covid-19 (qui sera distribué en premier aux États-Unis). Une disponibilité plus rapide du vaccin signifie un retour plus rapide de la confiance des consommateurs, ce qui signifie que la direction devrait pouvoir plus facilement réunir les fonds dont elle a besoin en vendant les centres commerciaux Westfield aux États-Unis.

Avec Landsec, la question est plus nuancée. La société est le plus grand propriétaire de bureaux à Londres, qui représentent plus des deux tiers de son portefeuille. Ses actifs plus modernes ont traversé la crise avec une certaine aisance. Après une baisse au deuxième trimestre, le recouvrement des loyers est revenu à 99% sur les trois mois jusqu'en septembre.

Mais la société reconnaît qu'elle va devoir "réimaginer" bon nombre de ses anciens bureaux, reconnaissant que l'ancien modèle consistant à entasser les travailleurs dans le plus petit espace possible n'est plus viable.

"Alors que nous émergeons de la pandémie, la façon dont les employeurs et les gens cherchent à utiliser l'espace de bureau va changer car le travail à distance devient la norme", a déclaré le directeur général Mark Allan dans un communiqué mardi. "Bon nombre des tendances de ces dernières années - l'importance de la durabilité, des niveaux plus élevés de flexibilité, le rôle du lieu de travail dans un contexte de santé et de bien-être - vont s'accélérer".

Allan a déjà déclaré qu'il envisagerait de réaffecter certains actifs au logement, ce qui est toujours une valeur sûre dans un marché aussi structurellement sous-approvisionné que celui de Londres.

Il est certain que cela va coûter beaucoup d'argent à Landsec. Comme Unibail, Landsec devra trouver quelqu'un pour payer les actifs disponibles dans un marché où les dommages à long terme du Covid-19 sont encore loin d'être clairs.

Toutefois, la société est convaincue qu'elle a les moyens de faire les deux et de reprendre les paiements aux actionnaires. Elle paiera 12 pence par action pendant les six premiers mois de l'exercice en cours, soit un rendement équivalent à 3,5% au prix actuel (Unibail continue également à verser des dividendes, mais tout ce qui dépasse 250 millions d'euros cette année sera versé sous forme d'actions).

Compte tenu de son activité à Londres, Landsec est fortement exposé à une transition Brexit à fort impact qui frappe le secteur des services financiers. Cependant, ayant perdu plus de la moitié de sa valeur depuis le référendum de 2016, cela semble être fermement ancré dans les prix.

Plus intéressant encore, et au mépris des nombreux commentaires sur l'avenir du travail après le coronavirus, Landsec croit toujours en la Big City comme concept de l'ère post-pandémique.

"Si le Covid-19 a fait naître une crainte des zones densément peuplées à court terme, il met aussi de plus en plus en évidence le désir des gens de se rassembler, les défis et les limites qui apparaissent lorsqu'ils ne peuvent pas le faire et les importants effets de réseau qui résultent du mélange du commerce, des arts, de la science et du pouvoir en un seul endroit. Les villes, et Londres en particulier, ont rebondi après de nombreuses crises de ce type dans le passé et le feront à nouveau".

Malgré un rebond de 35% rien qu'au cours des deux dernières semaines, les actions semblent encore offrir un point d'entrée bon marché pour quiconque est prêt à adhérer à cette vision.

Let's block ads! (Why?)