StockBeat: La reprise pourrait arriver trop tard pour Thyssenkrupp

© Reuters.  © Reuters.

Par Geoffrey Smith

Investing.com -- Une caractéristique récurrente du Covid-19 est qu'il a frappé plus durement ceux qui souffrent de "comorbidités". C'est aussi vrai pour les actions et les entreprises que pour les personnes.

Lorsque l'histoire économique de la pandémie sera écrite, il semble très probable que quelqu'un devra décider si Thyssenkrupp (DE:) est mort "du" Covid-19 ou "avec" le Covid-19.

Il semble toutefois de plus en plus évident que la société est condamnée d'une manière ou d'une autre.

Jeudi, Thyssenkrupp a annoncé une perte avant impôts de 1,6 milliard d'euros pour l'année se terminant en septembre, ce qui est en fait un peu mieux que ses prévisions de 1,7 à 1,9 milliard grâce au contrôle des coûts et à la gestion des liquidités. Mais le chiffre d'affaires a chuté de 15% et les prises de commandes, qui constituent une perspective d'avenir pour l'année prochaine, ont été tout aussi misérables, avec une baisse de 17%.

Cela signifie que de nouvelles réductions de coûts plus importantes sont nécessaires. L'entreprise a déclaré qu'elle supprimera 5 000 emplois supplémentaires, reconnaissant ainsi que ses activités d'exploitation continuent à faire des hémorragies de trésorerie. Cela porte à 11 000 le nombre total de suppressions d'emplois prévues au cours des trois prochaines années, soit plus d'un dixième de la main-d'œuvre. Jusqu'à présent, Thyssenkrupp a convenu de mesures avec 3 600 des personnes concernées.

"Nous devrons aller plus loin dans la "zone rouge" avant de pouvoir préparer Thyssenkrupp pour l'avenir", a déclaré Martina Merz, la vétéran de Bosch qui s'est sentie obligée d'assumer la responsabilité directe d'éloigner l'entreprise des rochers lorsqu'elle a renvoyé le PDG Guido Kerkhoff au début de l'année.

Martina Merz a laissé entendre que la prochaine étape pourrait être le licenciement obligatoire, une mesure rare dans un pays dont la population en âge de travailler diminue plus rapidement que dans n'importe quel autre pays européen.

"Les prochaines étapes pourraient être plus douloureuses que les précédentes", a-t-elle averti. "Mais nous devrons les prendre".

C'est le moins qu'on puisse dire. Un tiers de la plus-value de 15 milliards d'euros réalisée sur la vente de sa division "ascenseurs" a été englouti par les pertes d'exploitation et 600 millions d'euros supplémentaires par les coûts de restructuration. Le reste ne servira qu'à couvrir les engagements en matière de pensions. Le secteur automobile, principal client de Thyssenkrupp, prévoit de produire 25% de voitures en moins en Europe cette année, et devrait en tout cas acheter moins d'acier à l'avenir, car il le remplace autant que possible par des matériaux plus légers et plus performants.

L'action de Thyssenkrupp a chuté de 7,6% jeudi, à son plus bas niveau depuis deux semaines. L'action se négocie déjà comme une pièce de théâtre de la faillite plutôt que comme un véritable titre d'acier, ses propres problèmes particuliers l'emportant sur la mini-reprise qui s'est emparée du secteur récemment.

Les perspectives pour le reste du secteur se sont améliorées ces dernières semaines, l'élection de Joe Biden étant considérée comme susceptible de mettre fin à l'ère des guerres tarifaires transatlantiques, et les progrès des tests de vaccins encourageant l'espoir d'une fin à la pandémie. L'action d'Arcelormittal (AS:) a augmenté de plus de 30% depuis la fin septembre, tandis que celle de Voestalpine en Autriche a augmenté de 20%. Kloeckner, qui fabrique des produits sidérurgiques plutôt que l'acier de base lui-même, a augmenté de 25% au cours des trois dernières semaines et son chiffre d'affaires est le plus élevé depuis février.

Pour Thyssenkrupp, cependant, il est peut-être déjà trop tard.

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Let's block ads! (Why?)