Malgré le confinement, le niveau de gaz à effet de serre augmente encore, selon l'Onu

© Reuters. MALGRÉ LE CONFINEMENT, LE NIVEAU DE GAZ À EFFET DE SERRE AUGMENTE ENCORE, SELON ONU © Reuters. MALGRÉ LE CONFINEMENT, LE NIVEAU DE GAZ À EFFET DE SERRE AUGMENTE ENCORE, SELON ONU

GENEVE (Reuters) - Les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint un record en 2019 et devraient avoir encore augmenté cette année malgré une baisse attendue des émissions due aux mesures de restrictions mises en place pour lutter contre la pandémie de COVID-19, a prévenu lundi l'Organisation météorologique mondiale (OMM), l'organe des Nations unies chargé du climat.

De nombreux scientifiques s'attendent à ce que l'année 2020 soit marquée par une chute des émissions de dioxyde de carbone (CO2) alors que la crise sanitaire a cloué les avions au sol, bloqué les navires à quai et forcé les gens à rester chez eux.

Malgré cela, l'OMM estime que la baisse prévue des émissions de CO2 cette année ne constitue qu'un "petit écart" et que son impact sera limité sur les concentrations de gaz à effet de serre, qui sont le résultat des émissions passées et actuelles cumulées.

"Il est impossible de faire la distinction à court terme entre l’impact des confinements dus au COVID-19 et la variabilité naturelle", peut-on lire dans le bulletin de l’OMM sur les gaz à effet de serre.

Ce bulletin annuel, publié par l’agence onusienne basée à Genève, renseigne sur la concentration atmosphérique des principaux gaz à effet de serre persistants - le dioxyde de carbone, le méthane et le protoxyde d’azote - qui réchauffent la planète et intensifient les événements météorologiques extrêmes.

Il ressort également de ce rapport que les niveaux de dioxyde de carbone, résultant de la combustion d'énergies fossiles et principal responsable du réchauffement climatique, ont brutalement augmenté en 2019 et que la moyenne mondiale annuelle a franchi le seuil significatif de 410 parties par million (ppm).

"Nous avons franchi le seuil mondial de 400 parties par million en 2015. Et à peine quatre ans plus tard, nous avons franchi la barre des 410 ppm. Nos archives ne font mention d’aucune augmentation de la sorte", a déclaré le secrétaire général de l'OMM, le professeur Petteri Taalas, qui appelle à "aplatir cette courbe (des émissions) de façon durable".

Les données mondiales pour 2020 ne sont pas encore disponibles mais la tendance à la hausse des concentrations de gaz à effets de serre devrait se poursuivre cette année, ajoute l'OMM, citant des rapports initiaux issus de diverses stations.

(Emma Farge, version française Laura Marchioro, édité par Blandine Hénault)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Let's block ads! (Why?)