Goldman Sachs sabre sévèrement ses prévisions de croissance pour l'Europe

Investing.com – Alors que l’agitation de l’élection présidentielle US retombe peu à peu après que les médias US aient commencé à déclarer Joe Bident vainqueur au cours du weekend, les investisseurs vont de nouveau se concentrer sur la pandémie de covid-19, et son impact sur l’économie.

A ce propos, on notera que dans une note d’analyse publiée ce weekend, la banque Goldman Sachs (NYSE:) a annoncé une réduction de ses prévisions de croissance, pour l’Europe comme pour les Etats-Unis.

Jan Hatzius, le chef économiste de GS, a déclaré que M. Biden travaillera probablement avec une majorité républicaine au Sénat et se contentera d'un plan de relance d'un billion de dollars, soit moins de la moitié de ce que la banque attendait si les démocrates avaient pu revendiquer le Sénat en plus de la Maison Blanche, tout en conservant le contrôle de la Chambre des Représentants

Cela devrait "suffire pour donner une petite impulsion fiscale positive à la croissance américaine au cours des prochains trimestres", a-t-il déclaré.

Cependant, en ce qui concerne le court terme, la banque a réduit ses prévisions de croissance pour le premier trimestre aux États-Unis de 7 % à 3,5 %, et a considérablement réduit les estimations pour le quatrième trimestre en Europe, d’une croissance de 9,1 % à une contraction de -8,7 %.

Les nouvelles mesures de confinement récemment annoncées ces dernières semaines un peu partout en Europe sont l'une des principales motivations de la banque pour cette sévère révision en baisse.

Cependant, pour le long terme, Goldman Sachs se montre plus optimiste, s’attendant à ce que "la faiblesse actuelle cède la place à une croissance beaucoup plus forte lorsque le verrouillage européen prendra fin et qu'un vaccin sera disponible".

À la lumière des déclassements de la croissance à court terme, les prévisions mondiales de Goldman pour 2021 s'élèvent maintenant à 6 %, ce qui est toujours supérieur au consensus de 5,2 %, mais un demi-point de moins que ses prévisions d’il y a un mois.

Cet optimisme suppose qu’au moins un vaccin soit approuvé par la FDA d'ici janvier et que la vaccination de masse de l'ensemble de la population américaine commence ensuite. Cela devrait conduire à une forte reprise de la croissance, ou à un redressement en forme de V au deuxième trimestre, le "V" signifiant "vaccin", prévise l'équipe de Goldman.

"Une hypothèse importante qui sous-tend nos prévisions est que les gouvernements des pays durement touchés par les infections à coronavirus continueront à faire un travail raisonnable pour remplacer les revenus du secteur privé perdus à cause des perturbations par des subventions salariales, des allocations de chômage améliorées et d'autres transferts de revenus", ont déclaré M. Hatzius et son équipe.

Let's block ads! (Why?)