Téo Taxi redémarre avec 55 véhicules électriques

Une voiture de Téo Taxi circule dans le trafic.

On retrouvera 50 voitures de Téo Taxi dans la métropole et cinq autres à Gatineau, en Outaouais.

Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron

Radio-Canada

Le redémarrage de Téo Taxi, dont les activités avaient cessé abruptement en janvier 2019, s'opère à compter d'aujourd'hui dans la métropole.

Ce retour a été annoncé jeudi par l'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau, qui avait mis la main sur Taxelco, la société mère de Téo, le directeur général de l'entreprise, Frédéric Prégent, ainsi que la présidente-directrice générale de Propulsion Québec, Sarah Houde.

Cette renaissance s'effectuera par l'entremise d'un parc de 55 véhicules électriques : 50 voitures circuleront dans les rues de Montréal à partir d'aujourd'hui et cinq autres à Gatineau, en Outaouais, dans les prochains jours.

Frédéric Prégent a indiqué qu'il y aura aussi des véhicules de la compagnie à travers d’autres villes de la province dans les prochains mois.

La loi 17 qui est entrée en vigueur le 10 octobre va nous permettre de travailler sur l’ensemble du territoire québécois. Cela va nous permettre aussi de moduler le nombre de véhicules qui va être présent sur la route, puisque qu’il n’y aura pas de restrictions, a-t-il déclaré.

En vertu du projet de loi 17 entourant le transport rémunéré de personnes, les chauffeurs de Téo Taxi seront des travailleurs autonomes, alors qu'ils étaient syndiqués auparavant.

Les dirigeants ont renouvelé la flotte de véhicules en optant pour la Kia Soul. Un véhicule qui offre 64 kilowatts de batterie, donc c’est le double de ce que les véhicules originaux de Téo Taxi offraient. Cela permet vraiment de faire presque 400 km avec un véhicule […] sans avoir trop d’enjeux de recharge, précise M. Prégent.

En temps de pandémie, il assure que des mesures ont été prises pour offrir un service sécuritaire comme la pose de séparateurs entre le chauffeur et les passagers et l'élaboration d'une formation spécifique pour l’entretien du véhicule entre chaque client.

Le directeur général de l'entreprise souligne au passage que l'application a également été revue pour la commande et le paiement de taxis. Il sera aussi possible de réserver par téléphone ou de fonctionner par hélage dans la rue.

Avec tous ces changements qu’on a apportés au modèle d’affaires, on est convaincus que Téo Taxi est là pour rester. C’est un modèle pérenne, c’est un modèle aimé des Montréalais et qui va maintenant pouvoir se retrouver à travers la province, a-t-il affirmé.

Péladeau mise sur l'électrification

L'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau a salué la vision du cofondateur de Taxelco, Alexandre Taillefer, qui a développé un projet « avant-gardiste » qui « met en valeur les richesses du Québec ».

Cette vision concentre cette volonté de devenir de plus en plus indépendants, notamment au niveau énergétique, a-t-il lancé.

L'actuel propriétaire de Taxelco a ajouté que la compagnie souhaitait rendre disponibles 120 nouveaux véhicules électriques Téo par année pour ainsi devenir la plus grande flotte de taxis électriques au Canada.

M. Péladeau a souligné que la compagnie entendait électrifier le parc automobile de Taxelco, également propriétaire de Taxi Diamond et Taxi Hochelaga.

M. Péladeau a confié qu'il a«  toujours souhaité mettre en valeur le courant électrique », rappelant qu’il était le seul membre du conseil d’administration d’Hydro-Québec à se déplacer dans un véhicule vert quand il y siégeait.

Un véhicule électrique c’est 15 tonnes de moins de CO2 qui est généré. C’est parce qu’on pose chacun des petits pas que nous allons être en mesure de faire évoluer la situation. Si on attend le grand soir, bien il n’arrivera rien, a-t-il dit.

De plus, il affiché son intention de renouveler la flotte des véhicules de Vidéotron et de TVA pour adopter des modèles électriques afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Il a remercié le ministre des Transports François Bonnardel qui a eu le courage de faire évoluer toute la réglementation du taxi au Québec.

Au moment de cesser ses activités en janvier dernier, la direction de Téo Taxi avait notamment pointé du doigt la réglementation trop rigide dans l'industrie du taxi, qui l'empêchait notamment de modifier sa tarification, selon les heures de pointe, par exemple.

Avec les informations de La Presse canadienne
COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Une Québécoise de 37 ans attrape la COVID-19 une deuxième fois
Coronavirus
Bouger plus, moins d’écran, mieux dormir : les nouvelles recommandations canadiennes
Activités sportives
Un accident en Beauce fait au moins 4 blessés, dont un critique
Accident de la route
Avortement : lutter, s’exiler et changer de camp
Avortement

Let's block ads! (Why?)