StockBeat: La récolte amère de Bayer

© Reuters.  © Reuters.

Par Geoffrey Smith

Investing.com -- La catastrophe ambulante qu'est Bayer (DE:) trébuche de mal en pis.

Cette année, le conglomérat allemand de produits pharmaceutiques et de pesticides a accumulé des dizaines de milliards d'euros de frais de justice en rapport avec les cancers causés par le Roundup, le désherbant dont il a hérité avec son acquisition de Monsanto (NYSE:) il y a deux ans.

Il affirme aujourd'hui qu'il s'attend à amortir près de 10 milliards d'euros sur la valeur de son entreprise de sciences végétales, en invoquant les dommages causés par la pandémie.

Il a accusé "la réduction des prévisions de croissance en raison de la faiblesse des prix des principales cultures, de la concurrence intense dans le secteur du soja et de la réduction de la consommation de biocarburants".

La dernière partie est importante, car une grande partie de ses revenus provenant des biocarburants provient du Brésil, dont les dommages économiques causés par la pandémie ont entraîné une forte dépréciation du real.

Ces dommages ne seront pas non plus un coup de théâtre à court terme : la société a déclaré qu'elle s'attendait à ce que ses bénéfices de base de l'année prochaine diminuent par rapport à ceux de cette année, ce qui signifie qu'elle versera des dividendes dans la partie inférieure de sa fourchette cible plutôt que dans la partie supérieure, comme c'était le cas jusqu'à l'année dernière.

Cette nouvelle a entraîné une chute de plus de 10% du titre Bayer, qui a atteint son plus bas niveau en neuf ans.

L'action a maintenant perdu les deux tiers de sa valeur par rapport à son pic affiché en 2015. La plus grande partie de cette baisse est due à l'acquisition de Monsanto pour 63 milliards de dollars que le PDG Werner Baumann a lancée dans les quatre semaines suivant sa prise de fonction en 2016, convaincu qu'être un "leader mondial" dans le domaine des sciences de la culture l'amènerait à des sommets encore plus élevés.

Même à l'époque, cela semblait exagéré : la valeur de Monsanto résidait principalement dans sa technologie des semences génétiquement modifiées, que Bayer ne peut toujours pas utiliser librement dans l'UE et sur d'autres marchés importants, pour autant qu'elle soit une source de revenus aux États-Unis.

L'obsession de Baumann pour cette affaire, qui a consumé l'énergie du conseil d'administration pendant deux années supplémentaires, l'a rendu aveugle, lui et son conseil, aux risques qui se cachent dans la longue association bien documentée de Roundup avec le cancer. Ces risques avaient été tenus à distance par l'équipe juridique de Monsanto tant que la société restait indépendante. Cependant, ce barrage s'est finalement rompu et, cet été, Bayer a conclu un accord avec des dizaines de milliers de plaideurs pour un peu moins de 11 milliards de dollars.

Comme si cela ne suffisait pas, l'entreprise - un futur leader mondial des produits pharmaceutiques - n'a pas réussi à tirer un profit significatif de la pandémie cette année. Bayer a brillé par son absence dans la course au développement d'un vaccin contre le virus Covid-19 : sa plus grande contribution à la lutte contre la maladie a été la production d'hydroxychloroquine, ou HCQ. L'HCQ s'est fait connaître comme le traitement alternatif du Covid-19 vanté par le président Donald Trump et d'autres, bien qu'il ne soit pas recommandé à cette fin par la Food and Drug Administration.

Il semble que cela remonte à loin, tant pour Baumann que pour Bayer.

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Let's block ads! (Why?)