Rouge en vue à Wall Street, les craintes sanitaires et économiques l'emportent

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À MI-SÉANCE © Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À MI-SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en baisse et les Bourses européennes reculent nettement jeudi à mi-séance, plombées par le durcissement des restrictions à travers l'Europe liées à la deuxième vague épidémique, les craintes pour le rebond de l'économie et le blocage des discussions sur un plan de relance aux Etats-Unis.

Les futures sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli d'environ 1% pour le et le S&P-500 et de 1,4% pour le .

À Paris, le perd 2,16% à 4.835,09 vers 11h00 GMT. À Francfort, le cède 2,73% et à Londres, le recule de 2,15%.

L'indice paneuropéen est en baisse de 2,22%, l' de la zone euro de 2,44% et le de 2,09%.

Avec la résurgence de la pandémie, les pays européens adoptent les uns après les autres des mesures destinées à endiguer la propagation du nouveau virus.

Le président français Emmanuel Macron a ainsi annoncé mercredi soir l'instauration d'un couvre-feu entre 21h00 et 06h00 dans neuf métropoles, dont la région parisienne, à partir de samedi et pendant au moins quatre semaines.

Au Royaume-Uni, le gouvernement envisage aussi de durcir les mesures de restriction à Londres et dans le nord de l'Angleterre et en Allemagne, le nombre de nouveaux cas quotidiens a atteint un niveau sans précédent (6.638)

"Avec le temps, ces blocages localisés se transforment presque inévitablement en blocages à l'échelle nationale et cela va avoir un impact sur l'économie", a déclaré Andrea Cicione chez TS Lombard.

Autre déconvenue pour les marchés, la perspective d'un plan de relance aux Etats-Unis s'éloigne encore un peu plus, Steven Mnuchin ayant déclaré qu'il serait difficile d'arriver à un accord avant le 3 novembre tant les positions de l'administration américaine et des démocrates étaient éloignées.

Du côté des indicateurs, les investisseurs suivront la parution à 12h30 des inscriptions au chômage aux Etats-Unis, de l'indice d'activité dans la région de Philadelphie et celui dans la région de New York.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

La séance américaine sera également rythmée par des résultats d'entreprises dont ceux de la banque Morgan Stanley (NYSE:), du conglomérat Honeywell (NYSE:) ou encore du groupe de pharmacies et de "drugstores" Walgreens Boots Alliance.

VALEURS EN EUROPE

La baisse des actions européennes touche tous les secteurs de la cote, les reculs les plus importants affectant le compartiment du pétrole et du gaz (-2,99%) et celui de l'automobile (-3,46%). L'indice Stoxx du transport aérien et du tourisme perd -1,78%.

A Paris, les plus fortes baisses du CAC 40 sont pour Accor (PA:) (-6,28%), TechnipFMC (PA:) (-5,97%) et Société générale (PA:) (-5,23%).

Unique valeur de l'indice parisien en hausse, Unibail-Rodamco-Westfield grimpe de 10,84% après l'appel au rejet par un groupe d'actionnaires du plan de renforcement financier du groupe immobilier.

Banco BPM (MI:) a pris jusqu'à 3,57% avant de se stabiliser, soutenue par une information selon laquelle la banque italienne a signé un accord de confidentialité avec Crédit agricole (PA:) (-4,17%) en vue d'étudier un éventuel rapprochement.

Le groupe pharmaceutique suisse Roche (SIX:) cède 2,97% après avoir fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes.

CHANGES Le dollar regagne du terrain face à un panier de devises de référence (+0,29%), profitant du regain des inquiétudes sur l'évolution de la pandémie et de l'économie.

L'euro cède 0,24% contre le billet vert, revenant sur un plus bas de 10 jours à 1,1718 dollar.

La livre est orientée à la baisse face au dollar et à l'euro, lestée par les incertitudes concernant le Brexit alors que les dirigeants européens sont réunis en sommet à Bruxelles.,

David Frost, le négociateur en chef des Britannique, a exhorté Boris Johnson à ne pas se retirer des discussions alors que de larges divergences persistent sur la future relation commerciale entre Londres et Bruxelles.

TAUX

Le regain d'aversion au risque provoque une nouvelle baisse des rendements obligataires, celui des titres américains à dix ans abandonne deux points de base, à 0,7024%.

En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans évolue à un plus bas de cinq mois, à -0,617%, soit une perte de cinq points de base.

PÉTROLE

Le prix du pétrole sont en baisse à cause de la multiplication des restrictions liées au coronavirus qui ne fait qu'accroître les incertitudes sur les perspectives de croissance économique et la reprise de la demande.

Le abandonne 1,99% à 42,46 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) 2,27% à 40,11 dollars.

L'un et l'autre avaient gagné plus de 2% la veille.

(Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault)

Let's block ads! (Why?)