Les espoirs de relance aux USA favorisent la hausse des actions

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE © Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street devrait poursuivre son rebond jeudi à l'ouverture et les Bourses européennes progressent à la mi-séance, profitant des espoirs de mesures de relance aux Etats-Unis.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,4% pour le et pour le S&P-500 et de 0,55% pour le . Les trois indices de référence ont déjà pris près de 2% mercredi.

À Paris, le prend 0,5% à 4.906,38 vers 11h08 GMT. À Francfort, le gagne 0,65% et à Londres, le s'octroie 0,56%.

L'indice paneuropéen avance de 0,57%, l' de la zone euro de 0,53% et le de 0,59%.

A défaut d'un plan de relance global, les marchés s'accrochent à l'espoir de mesures de soutien ciblées après les annonces de Donald Trump, favorable à l'adoption rapide d'une aide destinée aux petites entreprises et aux foyers américains ainsi qu'au secteur aérien en difficulté.

La présidente de la Chambre américaine des représentants, Nancy Pelosi, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, ont discuté mercredi d'une enveloppe de 25 milliards de dollars destinée aux compagnies aériennes. Les discussions devraient reprendre dans la journée.

"Même si un compromis peut ne pas être atteint avant le 3 novembre, nous pensons qu'un accord significatif finira par être conclu, ce qui contribuera à préparer le terrain pour la prochaine phase de reprise des marchés boursiers", a déclaré Mark Haefele, directeur des investissements d'UBS Global Wealth Management.

Du côté des indicateurs, les investisseurs surveilleront à 12h30 les chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage aux Etats-Unis après avoir pris connaissance dans la matinée de la progression plus prononcée que prévu des exportations allemandes en août.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Les compagnies aériennes devraient à nouveau monter à l'ouverture de Wall Street avec les fortes attentes autour d'une aide économique du gouvernement américain. American Airlines, Delta Air Lines, United Airlines, Southwest Airlines, Spirit Airlines et JetBlue Airways prennent entre 1% et 1,8% en avant-Bourse.

VALEURS EN EUROPE

La plus forte progression sectorielle revient au compartiment du transport aérien et du tourisme, qui prend 2,25% après la hausse marquée des cours des grandes compagnies aériennes à Wall Street mercredi.

Lufthansa (DE:) gagne 4,92%, Air France-KLM (PA:) 3,84% et IAG (LON:) gagne 8,82%.

En revanche, la progression d'EasyJet (LON:) (+0,8%) est freinée par l'avertissement sur sa perte annuelle qui pourrait atteindre 845 millions de livres (930 millions d'euros).

A Paris, Publicis (PA:) (+2,37%) enregistre l'une des meilleures performances du CAC 40 après une appréciation favorable de Goldman Sachs (NYSE:) sur le secteur publicitaire. Ses analystes sont passés à l'achat sur l'allemand Prosiebensat.1 (+4,59%) et ont relevé leur objectif de cours sur TF1 (PA:) (+4,89%) et M6 (+3,64%).

En baisse, AMS abandonne 0,71%, le spécialistes des capteurs électroniques ayant dit travailler sur un nouveau crédit relais de 750 millions d'euros et une émission obligataire qui pourrait être convertible en actions.

CHANGES

Le dollar est inchangé face à un panier de devises de référence dont l'euro, stable à 1,1753 dollar, en attendant la publication à 11h30 GMT du compte rendu des débats au sein de la Banque centrale européenne lors de sa réunion de politique monétaire du 10 septembre.

TAUX

Sur le marché obligataire, le rendement du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, recule de 1,5 point de base à -0,511%, un repli comparable à celui du dix ans américain, à 0,7685% après un pic de quatre mois mercredi à 0,797%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier reste soutenu par les baisses de production liées à la grève dans le secteur en Norvège et surtout par l'arrivée de l'ouragan Delta sur le golfe du Mexique, qui a conduit à l'évacuation de près de 200 installations.

Ce facteur l'emporte sur les inquiétudes pour la demande, pourtant mises en évidence mercredi par les chiffres hebdomadaires de l'Energy Information Administration (EIA) américaine.

Le gagne 1,74% à 42,72 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) 1,55% à40,57 dollars.

(Avec Ritvik Carvalho, édité par Blandine Hénault)

Let's block ads! (Why?)