Les Bourses en Europe finissent sans tendance claire, l'inquiétude demeure

© Reuters. LES BOURSES EN EUROPE FINISSENT SANS TENDANCE CLAIRE, L'INQUIÉTUDE DEMEURE © Reuters. LES BOURSES EN EUROPE FINISSENT SANS TENDANCE CLAIRE, L'INQUIÉTUDE DEMEURE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé sans grand changement jeudi alors que les discussions à Washington sur un plan de relance budgétaire n'aboutissent toujours pas et que la situation sanitaire s'aggrave en Europe.

À Paris, le a perdu 0,05% à 4.851,38 points. Le Footsie britannique a pris 0,16%, soutenu par la compagnie aérienne IAG (LON:), et le a abandonné 0,12%.

L'indice a cédé 0,29%, le a reculé de 0,16% et le de 0,14%.

Les mauvaises nouvelles sur le front sanitaire s'accumulent ces derniers jours, obligeant de nombreux pays à durcir leurs restrictions pour tenter d'enrayer la deuxième vague de l'épidémie due au nouveau coronavirus.

En France, 54 départements seront soumis à un confinement nocturne à partir de vendredi à minuit, soit 46 millions de personnes. [S8N2GA00Y] La région de Rome pourrait décréter un couvre-feu et la Belgique serait en passe de se reconfiner tandis qu'aux Etats-Unis, près de deux tiers des Etats dépassent désormais le seuil d'alerte de 100 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur une semaine.

"Certains pays pensaient que le pire était passé (...) mais maintenant l'ennemi invisible frappe encore plus fort et je m'inquiète pour la fragile reprise économique", a déclaré Piotr Matys chez Rabobank.

La tendance a également été freinée par les doutes sur la capacité des républicains et des démocrates américains à trouver un consensus sur un plan de soutien à l'économie.

Donald Trump a accusé mercredi ses rivaux démocrates de faire preuve de mauvaise volonté dans des négociations qui traînent en longueur.

Nancy Pelosi a toutefois affirmé jeudi que les discussions étaient sur la bonne voie. La présidente de la Chambre des représentants doit à nouveau s'entretenir dans la journée avec le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.

VALEURS

Au-delà de l'actualité sanitaire et politique, la journée a été animée par une nouvelle pluie de résultats et de chiffres d'affaires aussi bien à Wall Street qu'en Europe.

Parmi les plus fortes baisses du Stoxx 600, Dassault Systèmes (PA:) a cédé 2,43% après des trimestriels inférieurs aux attentes et une révision à la baisse de ses prévisions.

Autre publication sanctionnée, celle de Plastic Omnium (PA:) (-9,13%).

Schneider Electric (PA:) a en revanche gagné 2,12% après avoir relevé ses prévisions et Pernod Ricard (PA:) s'est adjugé 3,90%, le groupe de vins et spiritueux espérant renouer avec la croissance des ventes au second semestre.

En tête du Dax, Adidas (DE:) a avancé de 2,77% après une information de l'hebdomadaire Manager Magazin selon laquelle l'équipementier sportif se prépare à vendre Reebok.

IAG a gagné pour sa part 4,38% malgré une perte de 1,3 milliard d'euros au troisième trimestre.

A WALL STREET

A l'heure de la clôture européenne, le perdait 0,09%, le S&P-500 reculait de 0,08% et le de 0,37%.

Aux valeurs, les publications trimestrielles d'entreprises de premier plan sont globalement favorables.

Le constructeur automobile Tesla (NASDAQ:) gagnait ainsi 2,3% après avoir publié un nouveau bénéfice trimestriel et un chiffre d'affaires record.

Le groupe de télécommunications et de médias AT&T (NYSE:) prenait 4,8% et Coca-Cola (NYSE:) 1,3% après avoir fait état d'un chiffre d'affaires supérieur aux attentes.

LES INDICATEURS DU JOUR

Dans ce contexte sanitaire dégradé, le moral des consommateurs en Allemagne, où pour la première fois plus de 10.000 cas quotidiens ont été recensés, se détériore à l'approche du mois de novembre.

CHANGES/TAUX

Sur le marché des changes, le dollar avance de 0,29% face à un panier de devises internationales alors que les chances de concrétisation d'un plan de relance américain avant le 3 novembre s'amenuisent.

De son côté, l'euro recule à 1,1825 dollar contre un pic de cinq semaines à 1,188 la veille, affecté par la propagation galopante du virus en Europe et par l'enquête décevante sur le moral des consommateurs allemands.

Sur le marché obligataire, le rendement du Bund allemand à dix ans a fini la séance à -0,565%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier rebondit après le recul marqué subi la veille à l'annonce d'une hausse des réserves d'essence aux Etats-Unis, venue souligner la dégradation de la demande.

Le gagne 2,2% à 42,65 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) 2,1% à 40,87 dollars. Ils avaient perdu respectivement 3,3% et 4% mercredi.

(Laetitia Volga, édité par Bertrand Boucey)

Let's block ads! (Why?)