Le secteur du tourisme demande l'aide du gouvernement pour survivre à la pandémie

Deux hommes à la pêche dans un canot sur un lac.

Le secteur du tourisme et de l'hôtellerie demande l'aide du gouvernement.

Photo : Tourisme Ontario

Radio-Canada

Les entreprises ontariennes du secteur du tourisme et de l'hôtellerie demandent un soutien financier urgent du gouvernement pour faire face aux pertes de revenus « massives » liées à la pandémie.

Un nouveau sondage de l'Association de l'industrie touristique de l'Ontario (TIAO) qualifie la situation de désastreuse et dit qu'elle ne fait qu'empirer pour les entreprises qui dépendent d'activités actuellement restreintes comme les voyages, les grands rassemblements et les repas à l'intérieur.

L'industrie du tourisme en Ontario est toujours au fond du gouffre. Le soutien du gouvernement était essentiel pour survivre à la première vague. Ils sont maintenant tout aussi importants et urgents si les entreprises veulent survivre dans la nouvelle année, a déclaré Beth Potter, présidente et chef de la direction de TIAO.

Une enquête récente de l'association a révélé que l'écrasante majorité des propriétaires d'entreprise du secteur subissent des pertes de revenus moyennes de 70 % par rapport à 2019.

Les deux tiers des chefs d'entreprise interrogés ont déclaré à TIAO que sans l'aide du gouvernement, comme le programme de subventions salariales et d'allégement des loyers, ils auraient déjà fermé leurs portes.

Une femme porte un tablier sur la terrasse d'un restaurant

Deidre Morris, propriétaire d'Ashanti Coffee à Collingwood, en Ontario, dit que ses revenus ont fortement chuté et qu'elle recherche plus de soutien du gouvernement pendant la pandémie.

Photo : (Deidre Morris)

C'est la situation à laquelle fait face Deidre Morris, propriétaire d'Ashanti Coffee à Collingwood, en Ontario. Elle dit qu'au début de la pandémie, ses revenus étaient en baisse et l'entreprise ne peut encore survivre que si le gouvernement paie une partie du salaire de ses employés et son loyer.

Nous avons vu très peu de clients, dit Mme Morris. Nos revenus ont diminué de 75 % ou plus.

Les affaires se sont toutefois améliorées lorsque les repas à l'intérieur ont repris pendant la saison touristique estivale, mais les règles ont à nouveau changé.

Bien qu'il n'y ait pas encore de nouvelles restrictions dans les restaurants et les cafés de la région de Collingwood, Mme Morris dépend des touristes de la région du Grand Toronto et compte sur une saison de ski bien remplie.

Si les pistes de ski n'ouvrent pas, nous aurons de très gros problèmes, dit-elle.

La TIAO affirme que le secteur du tourisme et de l'hôtellerie de l'Ontario est un catalyseur de la croissance économique de la province et vaut plus de 36 milliards de dollars.

L'organisation affirme également que le secteur est le plus grand employeur de jeunes de la province, 23 % de sa main-d'œuvre étant âgée de 15 à 24 ans.

Mais selon l'enquête de l'association, l'effectif moyen employé par les entreprises du secteur a été réduit de moitié pendant la pandémie. Neuf pour cent des chefs d'entreprise interrogés ont licencié l'ensemble de leur personnel.

Une affiche dit "mets à emporter seulement" devant un restaurant.

Un retour à la 2e étape du déconfinement signifie que les restaurants ne peuvent plus accueillir des clients à l'intérieur.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Beth Potter explique que les propriétaires d'entreprise dépensent des millions en équipement de protection individuelle et en rénovations pour respecter les directives en matière de santé et de sécurité. Elle aimerait voir plus de subventions gouvernementales et de crédits d'impôt pour subventionner les investissements.

Le programme actuel d'allègement des loyers repose sur la participation des propriétaires. Mme Potter dit que cela doit changer.

Mettre l'argent entre les mains des propriétaires d'entreprises pour payer leur loyer serait certainement utile, estime-t-elle.

Deidre Morris pense quant à elle que l'aide gouvernementale actuelle doit continuer et même augmenter pour s'assurer qu'elle peut continuer les affaires. Elle ajoute que les prêts gouvernementaux ne sont pas utiles, car elle s'est déjà endettée pendant la pandémie.

À l'heure actuelle, nous ne pouvons toujours pas nous remettre des trois derniers mois, a-t-elle déclaré.

Réponse du gouvernement

Dans une déclaration envoyée par courriel, le ministère du Patrimoine, du Sport, du Tourisme et de la Culture de l'Ontario a déclaré qu'il avait établi des conseils consultatifs sectoriels pour obtenir des commentaires sur des idées pour aider nos industries à sortir de l'épidémie de la COVID-19 . Le ministère ajoute que TIAO a participé et apporté sa contribution à ces conseils.

Au cours de cette période sans précédent, notre partenariat avec TIAO sera important pour développer des solutions innovantes afin de garantir que notre industrie du tourisme soit positionnée pour réussir à l'avenir, indique le courriel.

Le ministère ajoute avoir réorganisé l'ancien Fonds de développement du tourisme et triplé son investissement à 1,5 million de dollars.

COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Québec envisage d'étendre les mesures de la zone rouge partout
Société
COVID-19 : 942 nouveaux cas et trois décès de plus au Québec
Santé publique
Un suspect arrêté après la découverte de deux enfants sans vie à Wendake
Crimes et délits
COVID-19 : le Canada n’a pas appris sa leçon
Politique fédérale

Let's block ads! (Why?)