Le CAC 40 repart à la hausse, mais fait face à des obstacles techniques clés

© Reuters.  © Reuters.

Par David Wagner 

Investing.com - Après une journée hésitante qui qui a finalement terminé sur une baisse modeste de -0.27%, après 4 séances consécutives de progression, le repart à la hausse ce jeudi matin.

Les marchés boursiers européens profitent en effet de forts gains à Wall Street dans la nuit, après que le président Donald Trump ait ravivé l'espoir d'un plan de relance budgétaire aux États-Unis.

L'indice a clôturé en hausse de 1,9 %, soit 530 points, mercredi, pour atteindre un nouveau sommet sur un mois, tandis que l'indice S&P 500 a progressé de 1,7 % et l'indice composite NASDAQ de 1,9 %.

Ces indices ont fait un bond sur les espoirs renouvelés de relance après que M. Trump a réagi aux commentaires formulés la veille et a déclaré qu'il était favorable à une aide ciblée contre les coronavirus.

Cela soutien donc le moral des investisseurs en Europe ce matin, et favorise la hausse du CAC 40, mais il faudra toutefois faire preuve de prudence avec la BCE qui doit publier le compte-rendu de sa dernière réunion de politique monétaire plus tard dans la session.

Le coronavirus reste également un sujet de nature à limiter l’appétit pour le risque, alors qu’une deuxième vague d'infections à coronavirus, frappant l'Europe en particulier, a entraîné l'imposition de nouvelles restrictions, faisant craindre un nouveau ralentissement économique.

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a déclaré en début de semaine que la "deuxième étape" de ce que les décideurs politiques avaient espéré être une reprise en forme de V semblait "bancale", un commentaire que beaucoup ont considéré comme préparant le terrain pour une augmentation de son principal programme d'achat d'obligations lors de sa réunion de décembre.

Comme le fonds de relance de 750 milliards d'euros de la zone euro ne devrait pas produire de résultats avant l'année prochaine, la pression exercée sur la BCE pour qu'elle continue à relancer l'économie ne va pas disparaître de sitôt.

"L'inflation de base de la zone euro a surpris à la baisse ces derniers temps et a atteint un niveau record en septembre", ont déclaré les analystes de Nordea dans une note de recherche. "L'horizon de prévision du personnel de la BCE couvrira 2023 pour la première fois en décembre, et une prévision du personnel montrant que l'inflation reste clairement en dessous de l'objectif en 2023 sera difficile à ignorer".

Plus tard dans la session, l'attention se tournera vers les données hebdomadaires sur l'emploi aux États-Unis, qui montreront probablement que la reprise de la plus grande économie du monde perd de sa vigueur, surtout après la publication décevante de vendredi sur les salaires non agricoles. Le consensus prévoit 820k inscriptions, après 837k la semaine précédente.

Des obstacles techniques majeurs impliquent un risque imminent de baisse

D’un point de vue graphique, malgré la tendance haussière de court terme visible depuis le creux du 25 septembre, le graphique journalier invite toujours à la prudence. Le se trouve en effet sous une zone de résistance majeure, composée de la moyenne mobile 100 jours à 4838 points, du seuil psychologique majeur de 5000 points, et de la moyenne mobile 200 jours à 5027 points.

Tant que cette zone n’a pas été franchie, la hausse de ces derniers jours continuera de ressembler davantage à un rebond intermédiaire, et donc à une opportunité de vente, qu’à un mouvement durable qui pourrait amener l’indice sur de nouveaux sommets significatifs.

Si les vendeurs prennent la main, les seuils de 4800 points, 4700 points et le creux du 25 septembre à 4666 points seront les premiers soutiens potentiels à surveiller.

Let's block ads! (Why?)