Hydro-Québec se rapproche un peu plus d’une entente avec New York

Des pylônes électriques.

L’État de New York s’est donné pour objectif de s’alimenter exclusivement d’énergie propre et renouvelable d’ici 2040.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Hugo Lavallée

La conclusion d’une entente entre Hydro-Québec et New York pour la vente d’énergie québécoise devient de plus en plus vraisemblable, après la reconnaissance par l’État du caractère propre de l’énergie hydroélectrique.

C’est une nouvelle pour le néophyte qui peut paraître un peu banale, mais c’est très important. C’est une reconnaissance qui nous donne un avantage concurrentiel non négligeable pour la suite des choses , se réjouit le ministre des Ressources naturelles et de l’Énergie, Jonatan Julien, en entrevue à Radio-Canada.

L’État de New York s’est donné pour objectif de s’alimenter exclusivement d’énergie propre et renouvelable d’ici 2040. Pour y arriver, ce dernier devra toutefois opérer un virage important et mettre fin à ses nombreux approvisionnements issus de centrales thermiques.

Dans une décision rendue jeudi, le département des Services publics de l’État vient préciser de quelle manière cette transition pourra s’opérer. Le département crée notamment une nouvelle catégorie d’approvisionnement et reconnaît que l’hydroélectricité issue de centrales existantes correspond à la définition d’énergie propre lorsqu’elle est livrée à la ville de New York.

Il y avait des intérêts de marché, de la concurrence... Il y avait des gens qui n’avaient pas intérêt à ce qu’on obtienne cette reconnaissance-là, mais c’est la manière pragmatique qui a gagné.

Jonatan Julien, ministre des Ressources naturelles et de l'Énergie

Cette reconnaissance du caractère propre et renouvelable de l’énergie hydroélectrique permettra aux distributeurs d’électricité qui s’abreuveront à cette source d’obtenir des crédits de la part du gouvernement de l’État, ce qui aura pour conséquence de rendre plus attrayante la conclusion d’une entente avec un producteur comme Hydro-Québec.

Par exemple, un crédit de 2 cents du kilowattheure d’énergie propre permettrait à un distributeur d’acquérir cette énergie à 8 cents plutôt qu’à 10 cents, réduisant d’autant la facture à être assumée par le consommateur, illustre Jonatan Julien.

Eux autres [à New York] se disent : l’énergie propre et renouvelable nous permet de réduire nos GES, on veut cautionner cet élément-là, donc on subventionne cette énergie-là et maintenant que l’hydroélectricité est reconnue comme énergie propre, on a droit à ce crédit-là , explique-t-il.

Au cours des 60 prochains jours, New York lancera un appel de proposition formel auquel Hydro-Québec compte bien participer.

Un long parcours à obstacles

En avril 2019, le maire de New York Bill de Blasio avait annoncé publiquement vouloir conclure un contrat d’approvisionnement avec Hydro-Québec. Les discussions ont progressé depuis, indique Jonatan Julien.

Ce sont des courses à obstacles de très longue haleine, fait-il valoir. Mais les étapes qui ont été franchies dans la dernière année, je vous dirais que je suis agréablement surpris de l’évolution du dossier. On va vite et on va bien, et actuellement, on n’a pas de mauvaises nouvelles, bien au contraire. Les haies qu’on franchit, ce sont des haies importantes. L’annonce d’hier, c’est majeur. Et cette reconnaissance-là, elle n’arrive pas pour rien.

Le ministre surveille aussi de près l’avancée du projet de ligne électrique à être construite dans l’État du Maine. Hydro-Québec a remporté en 2018 un appel de proposition lancé par le Massachusetts pour la livraison de 9,45 TWh d’énergie par année pendant 20 ans; une infrastructure de transport doit toutefois être construite à travers le Maine pour permettre à ce contrat de se concrétiser.

Un homme décapité lors d'une attaque terroriste au nord de Paris
COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Québec demande aux citoyens de réduire encore leurs contacts
Santé publique
Donald Trump est un dirigeant « médiocre », affirme un sénateur républicain
Politique américaine
Québec envisage la destitution de Martin Prud'homme, qui crie à l'« injustice »
Politique provinciale

Let's block ads! (Why?)