Électricité : fin du tarif unique et hausse de 2 % le 1er novembre en Ontario

Une rangée de pylônes d'une ligne électrique.

Le tarif unique pour les particuliers et les PME avait été instauré au cours de la première vague de la pandémie, pour alléger leur fardeau financier.

Photo : Associated Press / Charlie Riedel

Radio-Canada

Dès le 1er novembre, les factures d'électricité d'une maison ontarienne typique augmenteront d'environ 2 % alors que le prix fixe de l’électricité prendra fin, a annoncé mardi la Commission de l'énergie de l'Ontario.

L'organisme de réglementation de l'électricité de la province a publié de nouveaux tarifs selon l'heure de consommation qui entreront en vigueur au début du mois prochain, indiquant que le tarif moyen d’un client résidentiel utilisant 700 kWh par mois augmentera d'environ 2,24 $.

Choix entre deux tarifications

Les clients pourront choisir entre la tarification selon l'heure d'utilisation et la tarification échelonnée.

Les tarifs selon l'heure d'utilisation seront de 21,7 cents/kWh pendant les heures de pointe (du lundi au vendredi, entre 7 h et 11 h et entre 17 h et 19 h), de 15 cents/kWh pour une utilisation à mi-pointe (du lundi au vendredi entre 11 h et 17 h) et de 10,5 cents/kWh pour une utilisation hors pointe.

Les clients qui choisissent une tarification échelonnée paieront 12,6 cents/kWh pour les 1000 premiers kWh chaque mois, puis 14,6 cents/kWh pour toute utilisation supplémentaire.

La Commission a précisé dans un communiqué que l’impact sur la facture peut varier selon la consommation du client et la compagnie qui lui fournit son électricité.

La tarification selon l'heure de consommation a été supprimée pour les PME et les particuliers pendant la première vague de la pandémie avec un prix unique établi pour toute heure de la journée.

Cette décision était entrée en vigueur le 1er juin pour soutenir les familles, les petites entreprises et les fermes pendant que l'Ontario prévoyait la réouverture sûre et graduelle de la province.

La tarification fixe signifiait que les factures des particuliers et des PME reflétaient la quantité d'énergie qu'ils utilisaient, plutôt que le moment où ils la consommaient.

Les clients payaient 12,8 cents/kWh, quel que soit le moment d'utilisation.

La Commission affirme que l'augmentation des prix reflète une combinaison de facteurs, y compris ceux associés à la pandémie COVID-19, qui ont eu des conséquences sur la demande, les coûts d'approvisionnement et les prix à l'été et à l'automne 2020.

Promesse rompue de Doug Ford, dit l'opposition

Interrogé mardi sur sa réaction à cette décision, le premier ministre Doug Ford a déclaré : Je déteste ça, ajoutant que la province avait hérité d'un gâchis énergétique du gouvernement libéral précédent.

Peter Tabuns, porte-parole du NPD en matière d'énergie, a saisi la balle au bond pour accuser le gouvernement Ford de faire passer les actionnaires avant les gens, comme le gouvernement libéral précédent qui avait partiellement privatisé Hydro One.

Selon lui, le premier ministre a non seulement rompu sa promesse électorale de réduire les prix de l’électricité de 12 %, mais il augmente les prix encore et encore, alors que les Ontariens sont confrontés à d'énormes difficultés financières en raison de la COVID-19.

M. Tabuns a par ailleurs déclaré qu'au lieu de bricoler le modèle de facturation tout en augmentant les prix, l'Ontario a besoin d'une refonte du système pour en fait réduire le prix de l'électricité.

Avec les informations de CBC
COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
COVID-19 : Québec élargit la zone rouge
Santé publique
Écoles : Québec n'a pas suivi l'avis de l'Institut national de santé publique
Éducation
« Je ne suis pas en mission pour détruire l'Obamacare », dit Amy Coney Barrett
Politique américaine
Une Halloween sécuritaire? Possible, dit la santé publique fédérale
Coronavirus

Let's block ads! (Why?)