Achat de nouveaux tramways : Toronto recommande Bombardier

Photo de passagers qui montent à bord d'un tramway.

Bombardier a eu de la difficulté à livrer ses nouveaux tramways. Or, la Ville de Toronto recommande de faire affaire avec l'entreprise canadienne tout de même. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / David Donnelly

La Ville de Toronto a déposé un rapport, vendredi, qui suggère l’achat de centaines de véhicules de transport en commun en plus d’un investissement de milliards de dollars dédié à l’entretien et au développement du système de transport en commun de la ville.

Le rapport, qui sera débattu par le conseil de la CTT (Commission de transport de Toronto), suggère l’achat de 614 autobus, 232 autobus pour handicapés, 62 trains de métro et un total de 60 tramways.

Le plan suggère l’achat de 13 tramways livrables dès 2022 et de 47 véhicules additionnels une fois un contrat à prix fixe négocié.

Toronto recommande Bombardier

Dans son rapport, la Ville de Toronto recommande à la CTT d’acheter les tramways de Bombardier. Or, la Ville a fait face à plusieurs problèmes avec les nouveaux tramways qu’elle a achetés à l’entreprise canadienne.

Le maire de Toronto, en conférence de presse vendredi, a défendu le choix de passer une nouvelle commande à l’entreprise canadienne. 

J’ai été de ceux qui ont été assez francs dans ma critique de Bombardier pour la mauvaise façon dont il nous a servis plus tôt. Il y a ensuite eu une tendance progressive à l'amélioration de la façon dont ils livraient le produit - et nous sommes en fait très satisfaits du produit.

Le maire a ajouté qu’il s’agissait aussi d’une question de préserver des emplois au pays. C’est un facteur : nous allons aider à préserver les emplois canadiens. [...] Chaque chance que nous avons de soutenir les entreprises canadiennes, je pense que nous devrions le faire.

En 2015, la Ville de Toronto a lancé une poursuite judiciaire contre Bombardier pour 50 millions de dollars en raison des retards de livraison des nouveaux tramways.

Ces retards se sont poursuivis jusqu’en 2016. Le maire de Toronto, John Tory, était alors si exaspéré par la situation qu’il avait écrit une lettre ouverte à l’entreprise, qualifiant la situation de ridicule et menaçait d’avoir une nouvelle fois recours aux tribunaux.

Puis, en 2018, Bombardier avait procédé au rappel de 67 des 89 tramways livrés en retard en raison de problèmes de soudure. Mon extrême frustration face à ce contrat signé par le précédent conseil municipal en 2009 n'est un secret pour personne, avait alors déclaré le maire.

La poursuite de 50 millions de dollars a été réglée hors cour en avril 2019.

Puis, en décembre, le président du syndicat des travailleurs de l’usine de Bombardier de Thunder Bay, Unifor, a déclaré que ses travailleurs étaient graduellement mis à pied parce que la CTT n’avait passé aucune commande et ne prévoyait pas en faire d’ici 2022. La Ville de Toronto joue à la poule mouillée avec les usagers de Toronto et les travailleurs de Thunder Bay, avait alors déclaré Jerry Dias.

Le premier ministre Doug Ford a aussi émis un commentaire au sujet du choix de passer une nouvelle commande à Bombardier vendredi durant son point de presse quotidien : Nous avons soutenu Bombardier la dernière fois et nous nous réunirons avec notre comité pour voir comment nous pouvons les aider une fois de plus, a-t-il dit.

Entretien et augmentation de la capacité

Le plan comprend des investissements totaux de 4,23 milliards de dollars dédiés à l’entretien du réseau existant, à l’augmentation de sa capacité et à l’achat de nouveaux autobus hybrides et électriques en plus des wagons et des tramways.

Si le plan devait être approuvé par le conseil d’administration de la CTT, les nouveaux wagons de métro seraient livrés entre 2026 et 2030. Aucune entreprise n’est nommée pour la fabrication et la livraison de ces nouveaux wagons dans le plan présenté au conseil.

Des usagers montent à bord d'une rame de métro.

Le rapport comprend l'achat de nouveaux trains de métro. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Marko Roy

Alors que la Ville de Toronto a annoncé avoir réservé 40 % du financement total, le rapport précise que des engagements substantiels devront être faits par les gouvernements provincial et fédéral pour que le plan puisse être complété entièrement. 

Dans le cas où le financement complet n'est pas disponible d'ici la fin de 2020, lorsque des décisions d'achat de véhicules sont nécessaires, le personnel de la TTC réexaminera ses recommandations et rendra compte des stratégies de rechange, peut-on lire dans le rapport.

M. Ford a d’ailleurs demandé un engagement fort et complet de la part du gouvernement fédéral. Nous avons besoin du gouvernement fédéral. Nous nous engageons à construire 4 lignes de métro et nous ne pouvons pas le faire seuls, a-t-il déclaré.

Un professeur décapité lors d'une attaque terroriste au nord de Paris
Europe
COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Québec demande aux citoyens de réduire encore leurs contacts
Santé publique
Un Montréalais arrêté pour avoir menacé de mort François Legault et Justin Trudeau
Crimes et délits
Québec envisage la destitution de Martin Prud'homme, qui crie à l'« injustice »
Politique provinciale

Let's block ads! (Why?)