Veolia relève son offre auprès d'Engie et fait un geste vers Suez

© Reuters. VEOLIA AMÉLIORE SON OFFRE SUR LA PART D'ENGIE DANS SUEZ, PROMET UNE OPA AMICALE © Reuters. VEOLIA AMÉLIORE SON OFFRE SUR LA PART D'ENGIE DANS SUEZ, PROMET UNE OPA AMICALE

par Gwénaëlle Barzic et Blandine Henault

PARIS (Reuters) - Veolia (PA:) a porté mercredi à 3,4 milliards d'euros son offre de rachat sur la participation détenue par Engie (PA:) dans Suez (PA:) et proposé une fenêtre de négociation de six mois avant toute opération sur le solde du capital de son rival français pour tenter de surmonter ses réticences.

Un conseil d'administration d'Engie, dont l'Etat français est actionnaire, doit se réunir dans l'après-midi pour se prononcer sur la proposition révisée de Veolia.

Cette nouvelle offre constitue le dernier rebondissement en date dans l'affrontement qui oppose depuis un mois les deux géants français des services aux collectivités, Veolia et Suez, avec Engie et l'Etat en arbitres.

Fin août, Veolia a proposé d'acquérir l'essentiel de la participation d'Engie dans Suez (29,9% sur 32% au total) avant de lancer une offre sur le reste du capital de son concurrent, une proposition qui a suscité une opposition farouche chez Suez.

Mardi soir, une rencontre entre le président de Suez, Philippe Varin, et son directeur général Bertrand Camus et le PDG de Veolia, Antoine Frérot, a tourné court.

Cette rencontre, organisée à la demande du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, intervenait alors que la première offre de Veolia arrivait à expiration ce mercredi.

Face aux hésitations d'Engie, Veolia avait déjà annoncé qu'il relèverait son offre, mais il n'avait pas encore fourni de précisions à ce sujet.

LE PRIX RELEVÉ À 18 EUROS PAR ACTION

Dans sa nouvelle offre, dont la durée de validité reste limitée à ce soir minuit, Veolia offre désormais 18 euros par action contre 15,50 euros précédemment, faisant passer de 2,9 milliards à 3,4 milliards d'euros le coût du rachat potentiel des 29,9% détenus par Engie dans Suez.

Dans l’hypothèse où l’OPA sur le solde se ferait au même prix, le coût total de l'opération serait alors porté à 11,2 milliards pour 100% du capital, contre 9,7 milliards sur la base du prix initial.

"J'ai entendu les préoccupations des pouvoirs publics", a déclaré mercredi Antoine Frérot, alors que Bruno Le Maire réitérait au même moment sur LCI ses appels à trouver une solution amicale entre les deux groupes français rivaux et son souhait d'un délai de réflexion "pour rapprocher les positions des uns et des autres".

Dans sa nouvelle proposition, Veolia s'engage par ailleurs, en cas d’acquisition du bloc de 29,9% de Suez auprès d’Engie, à ne déposer une offre publique sur le reste du capital de Suez qu’à la condition qu’elle soit amicale.

"Pour y parvenir, Veolia propose à Suez de se donner une période de six mois expirant le 31 mars 2021, pendant laquelle les parties feront leurs meilleurs efforts pour rechercher les bases communes d’un accord relatif à la mise en œuvre du projet porté par Veolia", a précisé Veolia.

En contrepartie, Veolia demande à Suez de désactiver immédiatement le dispositif annoncé le 23 septembre dernier et consistant à loger les activités Eau France de Suez au sein d'une fondation de droit néerlandais.

DÉLAI DE SIX MOIS POUR DIALOGUER

Si à l'issue de la période des six mois, Veolia n'obtient pas d'avis favorable de Suez, le groupe soumettra d'autres projets à l'ensemble de ses actionnaires, a ajouté son PDG.

Veolia n'exclut pas de lancer une OPA hostile à l'issue de la période de dialogue, mais "ce n'est pas l'esprit" de la proposition présentée mercredi, a encore dit Antoine Frérot.

Suez n'était pas disponible dans l'immédiat pour apporter un commentaire sur ses intentions.

De son côté, Engie n'a pas souhaité commenter mais son président, Jean-Pierre Clamadieu, a jugé mardi que le projet de rachat de Suez porté par Veolia était "solide" sur le plan industriel.

Bercy, pour sa part, n'a pas fait de commentaires.

A la Bourse de Paris, l'action Suez grimpait de 6,19% à 15,84 euros à 11h14, parmi les plus fortes hausses du , tandis que Veolia était en tête du avec un gain de 1,8%. Juste derrière, l'action Engie prenait 1,28%.

(Blandine Hénault, Jean-Stéphane Brosse, avec Gwénaëlle Barzic et Benjamin Mallet, édité par)

Let's block ads! (Why?)