Vaccin Covid-19 : AstraZeneca stoppe son essai, soupçons d'effets secondaires

© Reuters.  © Reuters.

Par David Wagner 

Investing.com - AstraZeneca PLC (LON:), l'un des principaux participants à la course au vaccin contre le covid-19, a annoncé hier un arrêt temporaire de son essai de phase 3.

AstraZeneca a en effet dévoilé qu'une personne participant à l'une des études de la société est tombée malade, une réaction indésirable potentielle au vaccin. Cette décision visait à donner aux chercheurs le temps d'examiner les données de sécurité tout en préservant l'intégrité des essais, a déclaré la société.

Le vaccin, qu'AstraZeneca développe avec des chercheurs de l'Université d'Oxford, est l'un des vaccins à l'étude les plus avancés. La décision de freiner les essais a inquiété les investisseurs, faisant chuter les actions d'AstraZeneca dans les échanges d'après-bourse aux Etats-Unis hier, tout en stimulant les actions de certains rivaux qui développent d'autres vaccins Covid-19 potentiels.

"C'est une action de routine qui doit être entreprise chaque fois qu'il y a une maladie potentiellement inexpliquée dans l'un des essais, pendant qu'elle est examinée, en s'assurant que nous maintenons l'intégrité des essais", a déclaré Michele Meixell, porte-parole d'AstraZeneca, dans une déclaration.

Certains scientifiques ont minimisé l'importance de cette halte. Eric Topol, cardiologue et expert en essais cliniques au Scripps Research Translational Institute de San Diego, a déclaré que de telles pauses dans les grandes études ne sont "pas du tout rares". Il y a une forte probabilité que l'événement indésirable ne soit pas lié au vaccin, a-t-il déclaré dans un courriel.

"Il s'agit d'une précaution de sécurité", a-t-il déclaré.

Les entreprises phamaceutiques mettent en garde contre des essais trop rapides

Rappelons que l'annonce de la pause dans les essais d'AstraZeneca intervient au lendemain d'une lettre publique de différentes entreprises pharmaceutques, mettant en garde contre un vaccin qui serait mis au point trop rapidement.

La pression est en effet grande sur les entreprises pharmaceutiques pour mettre au point le plus rapidement un vaccin contre le covid-19, Trump ayant plus ou moins promis une approbation d'un vaccin avant les présidentielles de novembre, tandis que la Russie a approuvé un vaccin sans avoir attendu les résultats finaux des essais.

Dans ce contexte, les fabricants de médicaments qui s'affrontent pour produire les vaccins Covid-19 se sont engagés à éviter les raccourcis scientifiques, mettant en garde contre les dangers des pressions gouvernementales pour accélérer la mise sur le marché d'un vaccin.

Dans une lettre publique inhabituelle, les entreprises ont affirmé qu'elles ne soumettront les vaccins pour autorisation que lorsqu'ils se sont avérés sûrs et efficaces lors d'études cliniques à grande échelle. Les directeurs généraux de neuf entreprises ont signé l'engagement : AstraZeneca Plc, BioNTech SE, GlaxoSmithKline Plc, Johnson & Johnson, Merck & Co, Moderna Inc, Novavax Inc, Pfizer Inc (NYSE:) et Sanofi (PA:).

"Dans l'intérêt de la santé publique, nous nous engageons à toujours faire de la sécurité et du bien-être des personnes vaccinées notre priorité absolue", ont écrit les dirigeants.

Le document vise à contrer les perceptions selon lesquelles la pression politique pour mettre au point un vaccin dès que possible pourrait compromettre sa sécurité.

"Nous pensons que cet engagement contribuera à garantir la confiance du public dans le processus scientifique et réglementaire rigoureux par lequel les vaccins Covid-19 sont évalués et pourraient finalement être approuvés", ont déclaré les PDG dans la lettre.

Soulignons que l'engagement n'incluait pas la société chinoise Sinovac Biotech Ltd. ou CanSino Biologics Inc. La Russie et la Chine ont déjà commencé à utiliser des vaccins expérimentaux sur une base limitée avant que les tests chez l'homme ne soient terminés.

Let's block ads! (Why?)