Top 5 des thèmes importants pour les marchés pour la semaine du 7 septembre

Par Noreen Burke 

Investing.com -- Le rapport de cette semaine sur les chiffres de L’IPC américains sera surveillé de près après le récent changement de politique de la Réserve Fédérale visant à adopter un objectif d'inflation moyenne. Les secousses sur les marchés boursiers semblent devoir se poursuivre avec le retour des traders après le congé de la fête du travail américaine. La Banque Centrale Européenne tiendra sa dernière réunion de politique générale jeudi, dans un contexte de ralentissement de l'inflation et de renforcement de l'euro. Les pourparlers de Brexit entre l'Union européenne et le Royaume-Uni reprendront mardi, les espoirs d'un accord commercial avant l'échéance de fin 2020 diminuant rapidement. En attendant, les données commerciales du mois d'août de la Chine donneront un meilleur aperçu de la rapidité de la reprise après la pandémie dans la deuxième économie mondiale. Voici ce que vous devez savoir pour commencer votre semaine.

Données américaines

L' semble avoir peu de chance d'atteindre 2 % dans un avenir proche et les chiffres de l'inflation de vendredi pour le mois d'août devraient montrer que l'IPC de base a augmenté de 0,2 % en glissement mensuel et de 1,6 % en glissement annuel.

La Fed, qui vise désormais une moyenne, a déclaré qu'elle ne s'inquiéterait pas d'une inflation supérieure à son objectif de 2 %, ce qui lui donne la possibilité de maintenir des taux d'intérêt bas aussi longtemps qu'elle le souhaite.

C'est une bonne nouvelle pour les marchés boursiers, l'immobilier et d'autres secteurs qui bénéficient de l'argent bon marché.

Les participants au marché suivront également le rapport de jeudi sur les pour avoir un nouvel aperçu de la force de la reprise du marché du travail après que le rapport sur l'emploi du mois d'août ait montré que l'embauche a encore ralenti le mois dernier, l'aide financière du gouvernement s'étant tarie.

Le naufrage technologique semble devoir se poursuivre

Les secousses boursières de la semaine dernière semblent devoir se poursuivre alors que les traders retournent à leur bureau après le congé de la fête du travail américaine lundi, dans un contexte d'inquiétudes persistantes concernant les valorisations élevées et une reprise économique inégale.

Après une forte baisse jeudi, qui s'est poursuivie vendredi, les trois principaux indices ont regagné du terrain en fin de journée vendredi.

La chute de jeudi a reflété les craintes des investisseurs que les évaluations des actions de méga-capitalisations technologiques aient surchauffé.

La chute pourrait être un avant-goût des deux mois à venir, alors que les investisseurs institutionnels reviennent de vacances d'été et concentrent leur attention sur les pièges économiques potentiels de l'année à venir.

Réunion de la BCE

Les responsables de la BCE auront beaucoup à discuter lors de leur réunion politique jeudi, après que l'euro ait atteint 1,20 $ pour la première fois depuis 2018 et que l'inflation de la zone euro soit devenue négative en août pour la première fois depuis 2016. Le glissement vers la déflation est un signal d'alarme pour la banque centrale, qui vise une inflation annuelle proche de, mais juste en dessous de 2 %.

Pourtant, il serait peut-être prématuré pour la BCE d'annoncer de nouvelles mesures importantes jeudi.

L'euro a été dopé par un dollar globalement plus faible et par une amélioration du sentiment à l'égard du fonds de sauvetage de l'Union Européenne contre la pandémie, doté de 750 milliards d'euros. En tant que tel, tout impact sur l'inflation pourrait être temporaire.

Mais à plus long terme, la BCE pourrait être obligée de réévaluer sa politique monétaire étant donné que la Fed a décidé de tolérer une inflation plus élevée, ce qui pourrait peser sur le dollar pour les années à venir.

Brexit et PIB du Royaume-Uni

Les négociations de Brexit entre les négociateurs du Royaume-Uni et de l'UE doivent reprendre à Londres mardi, mais une percée imminente semble peu probable.

Les négociations sont au point mort en raison des exigences britanniques en matière de quotas de pêche et de la volonté de la Grande-Bretagne d'utiliser les aides d'État pour développer son secteur technologique.

La Grande-Bretagne a quitté l'UE le 31 janvier, mais les négociations n'ont pas encore permis de conclure un nouvel accord commercial pour la fin de l'accord de transition, le 31 décembre. Il reste moins d'un mois avant la date limite du 2 octobre pour un accord qui devrait alors être ratifié lors d'un sommet européen.

Par ailleurs, les données de vendredi devraient montrer que l' a rebondi à nouveau en juillet, étant donné que de nombreuses mesures de verrouillage ont été assouplies au cours du mois.

Données sur le commerce avec la Chine

Les chiffres du commerce extérieur chinois de lundi devraient montrer que les exportations ont fortement augmenté pour un deuxième mois consécutif en août, tandis que les importations ont renoué avec la croissance.

Les exportations chinoises n'ont pas été aussi gravement touchées par le ralentissement mondial que certains analystes le craignaient et devraient être un moteur essentiel de la reprise économique du pays.

Les tensions déjà fortes entre Washington et Pékin devraient s'aggraver à l'approche de l'élection présidentielle américaine de novembre. La Chine reste très en retard sur sa promesse de stimuler les achats de biens américains dans le cadre de la phase 1 de l'accord commercial qui est entré en vigueur en février.

--Reuters a contribué à ce rapport

Let's block ads! (Why?)