Manifestation en marge des audiences du BAPE sur GNL Québec

Des manifestants.

Des manifestants en faveur du projet et d'autres qui s'y opposent ont manifesté devant l'hôtel Le Montagnais.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Radio-Canada

Des partisans et des opposants au projet GNL Québec étaient devant l’hôtel Le Montagnais, quelques heures avant le début des travaux du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Munis de banderoles où il était inscrit 85 % en faveur de GNL, une quarantaine de citoyens ont crié leur appui au projet. Tandis qu’une quinzaine de réfractaires au projet de gazoduc et à l’usine de liquéfaction de gaz naturel demeuraient plus silencieux avec des affiches Vous ne passerez pas.

La Coalition Fjord s’oppose au projet principalement en raison des émissions de gaz à effet de serre qu’il générera s’il se concrétise.

On parle d’une augmentation de 50 millions de tonnes de gaz à effet de serre sur tout le processus du projet, mais aussi de l’impact de l’augmentation du trafic maritime et le risque d’accident, le risque pour les bélugas, le risque pour l’industrie touristique. C’est plusieurs milliers d’emplois dans la région, l’industrie touristique, et c’est une industrie qui vaut la peine d’être sauvegardée , explique le co-porte-parole de la Coalition Fjord, Adrien Guibert-Barthez.

Les membres de l’organisation avait monté une mise en scène pour démontrer ce qui se passerait, selon eux, si le projet Énergie Saguenay allait de l’avant.

Un béluga fabriqué par la Coalition Fjord.

Les membres de la Coalition Fjord ont organisé une mise en scène pour simuler ce qui se passera, selon eux, si le projet de GNL Québec va de l'avant.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Par ailleurs, les partisans du projet, plus nombreux que les opposants lors de la manifestation, voulaient également se faire entendre.

« Depuis le début, on fait partie de la majorité silencieuse. Toutes les statistiques prouvent qu’on est très majoritaires en faveur au projet. Par contre, on n’a jamais eu la chance d’avoir l’exposure pour pouvoir exprimer ce que les gens pensent réellement. Je pense que c’est important que le BAPE, les gens en général, voient qu’on existe parce que tous les chiffres le disent et on est là physiquement pour le prouver », mentionne la co-porte-parole du groupe GNL Sag-Lac, Annik Lachance-Gravel.

Des manifestants masqués.

Des citoyens qui appuient le projet ont manifesté aux côtés d'autres qui s'y opposent.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Les audiences du BAPE vont se dérouler toute la semaine à Saguenay.

Le Québec « dans la 2e vague », avec 586 nouveaux cas de COVID-19
Santé publique
COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Courrier contaminé envoyé à Trump : la suspecte identifiée
Justice
Discours du Trône : Ottawa misera sur une filière du transport électrique
Politique fédérale
Retard dans le traitement des cancers : « la mortalité va s’accentuer »
Cancer

Let's block ads! (Why?)