LVMH évoque un abandon du rachat de Tiffany, qui attaque en justice

© Reuters. LVMH ÉVOQUE UN ABANDON DU PROJET D'ACQUISITION DE TIFFANY © Reuters. LVMH ÉVOQUE UN ABANDON DU PROJET D'ACQUISITION DE TIFFANY

PARIS (Reuters) - LVMH (PA:) a évoqué mercredi un abandon du projet d'acquisition de Tiffany, qui a riposté en attaquant le géant français du luxe devant la justice américaine pour l'obliger à boucler cette opération estimée à 16,2 milliards de dollars (13,8 milliards d'euros).

Le groupe de Bernard Arnault cite une "succession d'événements" l'amenant à acter que, "en l'état, le groupe LVMH ne serait donc pas en mesure de réaliser l’opération d’acquisition" du joaillier américain.

LVMH dit notamment avoir pris connaissance d'une lettre du ministère français des Affaires étrangères lui demandant de reporter l'opération au-delà du 6 janvier "en réaction à la menace de taxes sur les produits français formulée par les Etats-Unis", sans plus de détails.

Il déclare aussi avoir été informé de la requête de Tiffany de repousser la finalisation du rachat du 24 novembre au 31 décembre.

"Compte tenu de ces éléments, et connaissance prise des premières analyses juridiques menées par les conseils et les équipes de LVMH, le conseil d’administration a (...) acté, qu’en l’état, le groupe LVMH ne serait donc pas en mesure de réaliser l’opération d’acquisition de la société Tiffany", dit le groupe français.

Tiffany, qui a saisi la justice du Delaware, assure pour sa part avoir respecté tous les termes de l'accord annoncé en novembre 2019 mais il reproche en revanche au groupe de Bernard Arnault de ne pas avoir honoré ses propres engagements, notamment pour solliciter dans les délais nécessaires les avis des autorités de la concurrence.

Le joaillier accuse aussi LVMH de l'avoir informé avec retard, seulement mardi, de cette lettre du ministère français des Affaires étrangères datée du 31 août, dont il dit ne pas avoir obtenu de copie.

"Nous pensons que LVMH cherchera à utiliser tous les moyens nécessaires pour tenter d'éviter de conclure la transaction selon les termes convenus", a dit Roger Farah, président de Tiffany, cité dans un communiqué.

En Bourse, l'action LVMH, orientée à la hausse en début de séance, est passée dans le rouge après les déclarations du groupe et cédait près de 1% à 400,70 euros à la mi-journée à Paris. Quant au titre de Tiffany, il chutait de 11% dans la foulée de la publication du communiqué de LVMH.

Il n'a pas été possible d'obtenir de réaction du ministère français des Affaires étrangères dans l'immédiat. Le ministère de l'Economie n'a pas voulu s'exprimer sur le sujet

(Nicolas Delame et Bertrand Boucey, avec Marc Angrand et Leigh Thomas)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Let's block ads! (Why?)