Les actions en Europe repartent dans l'espoir d'un geste de la BCE

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE EN DÉBUT DE SÉANCE © Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE EN DÉBUT DE SÉANCE

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes reprennent des couleurs mercredi en début de séance dans l'attente des annonces que fera jeudi la Banque centrale européenne (BCE) dont les investisseurs espèrent qu'elle saura calmer des marchés nerveux par un message accommodant.

À Paris, l' prend 1,02% à 5.024,13 points vers 08h15 GMT. À Francfort, le gagne 1,23% et à Londres, le progresse de 0,9%.

L'indice de la zone euro avance de 1,19%, le de 0,79% et le de 0,96%.

Les Bourses européennes ont été rattrapées mardi par le mouvement de correction des géants de la tech à Wall Street sur fond d'interrogations sur leur valorisation élevée dans un contexte économique dégradé. Le Nasdaq a chuté mardi soir de plus de 4%.

Mais l'orientation positive des futures américains et le rebond observé sur les cours du pétrole ce mercredi offrent un soutien au marché, en attendant les annonces de la BCE jeudi.

"On peut s'aventurer à estimer que l'inquiétude va perdurer, au moins jusqu'à demain (jeudi), en espérant que la BCE soit au rendez-vous et apte à rassurer les investisseurs sur son engagement à rester durablement accommodante", écrivent dans une note les analystes de Saxo Banque.

VALEURS EN EUROPE

Signe d'une certaine prudence, les compartiments les plus défensifs se distinguent, à l'instar des télécoms (+2,06%) ou des "utilities" (+1,24%) tandis que le secteur des transports et des loisirs, en première ligne dans la crise sanitaire, cède 1,47%.

AstraZeneca (LON:) (-0,15%) ne recule que modérément à Londres après l'annonce, mardi soir, de la suspension de l'essai clinique concernant son vaccin contre le COVID-19.

En revanche, son concurrent Sanofi (PA:) en profite et gagne 2,19%, parmi les plus fortes hausses du CAC 40.

Le rebond des cours du brut favorise par ailleurs le secteur européen du pétrole et gaz, dont l'indice Stoxx prend 2,28%. A Paris, Total (PA:) gagne 2,13%.

EN ASIE

Dans la foulée du repli de Wall Street, la Bourse de Tokyo a reculé de 1,04% pour toucher un plus bas depuis le 28 août.

Les places boursières chinoises ont elles aussi souffert, le plongeon de Tesla (NASDAQ:) à Wall Street affectant ses fournisseurs chinois et l'ensemble du segment des véhicules "propres".

Le CSI 300 des grandes capitalisations de Chine continentale a perdu 2,3%.

A WALL STREET

Très volatils, les contrats à terme sur les indices de référence de la Bourse de New York paraissent vouloir s'orienter à la hausse, offrant un soutien aux actions européennes.

La Bourse de New York a clôturé mardi en repli pour la troisième séance consécutive : l'indice a cédé 2,25%, à 27.500,89 points et le S&P-500 a perdu 2,78%, à 3.331,84 points. De son côté, le a lâché 4,11% à 10.847,69 points.

Depuis son record en clôture du 2 septembre, à plus de 12.000 points, le Nasdaq, à forte composante technologique, a cédé plus de 10%, entrant en territoire de correction boursière.

Au pire moment de la séance, Facebook (NASDAQ:), Amazon (NASDAQ:).com, Apple (NASDAQ:), Tesla, Microsoft (NASDAQ:), Alphabet (NASDAQ:) et Netflix (NASDAQ:) avaient perdu collectivement plus de 1.000 milliards de dollars de capitalisation par rapport au 2 septembre.

Tesla a notamment plongé 21% après l'annonce vendredi qu'il n'intégrerait pas le S&P-500, contrairement à ce qu'anticipaient bon nombre d'investisseurs.

CHANGES

L'aversion au risque favorise un retour vers les actifs jugés plus sûrs comme le yen, qui a touché un plus haut depuis le 1er septembre face au dollar.

De son côté, la livre sterling a atteint un nouveau plus bas depuis la fin juillet face au dollar et à l'euro, toujours pénalisée par les tensions entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, qui menace de ne pas signer d'accord de libre-échange.

TAUX

Avec le rebond des actions, les rendements des emprunts souverains effacent leur repli initial.

Le rendement des Treasuries à dix ans est pratiquement inchangé, à 0,677%, après avoir cédé jusqu'à plus de deux points de base plus tôt en séance.

Son équivalent allemand est stable, à -0,498%.

PÉTROLE

Les cours du brut rebondissent après avoir chuté de 5% pour le et de 8% pour le WTI la veille sur fond de craintes concernant un rebond des contaminations au coronavirus dans plusieurs pays susceptible de menacer la reprise économique mondiale.

Le baril de Brent, tombé sous la barre de 40 dollars pour la première fois depuis fin juin, revient à 40,42 dollars, en hausse de 1,6% et celui du (West Texas Intermediate, WTI) grimpe de 2,3% à 37,59 dollars.

(édité par Blandine Hénault)

Let's block ads! (Why?)