Le risque sanitaire pèse encore sur les Bourses en Europe

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT EN DÉBUT DE SÉANCE © Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT EN DÉBUT DE SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes baissent jeudi en début de séance, pénalisées par la rechute des valeurs technologiques à Wall Street et les craintes pour l'économie avec les mesures de confinement qui se multiplient en Europe face à la recrudescence des cas de contamination au coronavirus.

À Paris, l' perd 0,44% à 4.781,38 points vers 07h55 GMT. À Francfort, le cède 0,28% et à Londres, le abandonne 1,02%.

L'indice de la zone euro recule de 0,47%, le de 0,9% et le de 0,65%.

Si les Bourses européennes ont fini dans le vert mercredi, ce n'est pas le cas de Wall Street qui a clôturé en nette baisse sous le coup d'indicateurs économiques décevants et d'une nouvelle correction sur les grandes valeurs technologiques.

Plusieurs responsables de la Réserve fédérale (Fed) ont en outre appelé à de nouvelles mesures de soutien budgétaire à l'économie américaine, qui reste selon eux déprimée. Le président de la Fed, Jerome Powell, doit de nouveau s'exprimer jeudi devant une commission de sénateurs.

Les indices d'activité PMI parus mercredi en Europe et aux Etats-Unis ont montré que la récente reprise économique avait calé en septembre, notamment dans les services.

Les nouvelles mesures de restriction prises pour tenter d'endiguer la pandémie de coronavirus dans plusieurs pays européens, comme le Royaume-Uni et la France, expliquent ce coup d'arrêt.

En France, la publication de l'indice du climat des affaires a été plutôt rassurante puisque celui-ci s'est amélioré en septembre, pour atteindre son plus haut niveau depuis février, mais en Allemagne, l'indice Ifo est ressorti sous les attentes.

Les investisseurs suivront encore à 12h30 GMT les chiffres des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

VALEURS EN EUROPE

La plus forte baisse dans les premiers échanges en Europe est une nouvelle fois pour l'indice Stoxx des transports et des loisirs (-1,26%), suivi de près par celui de la technologie (-1,7%).

A Paris, Air France-KLM (PA:) perd 3,55%.

Suez (PA:) recule pour pour sa part de 4,02% après le nouvel épisode de sa bataille avec Veolia (PA:) (-0,87%).

Suez a logé mercredi son activité Eau France dans une fondation de droit néerlandais pour les quatre années à venir afin de la rendre "inaliénable", une décision qui a pour effet d'entraver le projet de rachat du groupe porté par Veolia.

Le PDG de Veolia, Antoine Frérot, interrogé sur BFM Business, a dénoncé jeudi un "coup fourré" et n'a pas exclu de relever son offre de rachat sur la participation détenue par Engie (PA:) dans Suez.

La cote est animée en outre par quelques résultats d'entreprises. Trigano bondit ainsi de 8,49% pour prendre la tête du après sa publication trimestrielle, applaudie par le marché.

EN ASIE

Dans la foulée de Wall Street, la Bourse de Tokyo a reculé de 1,11%.

En Chine, l'indice SSE Composite de la Bourse de Shanghai a abandonné 1,7%, pénalisé par le repli des valeurs technologiques et de l'énergie.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en forte baisse mercredi, pénalisée par un regain d'inquiétude sur l'état de l'économie américaine et par l'absence d'avancées au Congrès sur le renforcement du soutien à l'activité.

L'indice a cédé 1,92% à 26.763,13 points et le S&P-500 a perdu 2,37%, à 3.236,92 points.

Le a chuté de son côté de 3,02% à 10.632,99 points alors que les poids lourds des hautes technologies et des services en ligne étaient de nouveau pris dans un fort mouvement de vente.

Apple (NASDAQ:) (-4,19%), Salesforce (-4,76%), Amazon (NASDAQ:) (-4,13%), Alphabet (NASDAQ:) (-3,48%) ou Netflix (NASDAQ:) (-4,19%) ont une nouvelle fois accusé des baisses spectaculaires, confirmant la correction observée ces dernières semaines.

CHANGES/TAUX

Le dollar se maintient à un plus haut de deux mois face aux autres grandes devises de référence, soutenu par son statut d'actif refuge sur fond de craintes sur la reprise économique mondiale.

La dégradation de la situation économique et sanitaire en Europe pénalise en outre l'euro, qui reste sur un plus bas depuis la fin juillet face au dollar, autour de 1,166.

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans recule d'un point de base, à 0,666% et celui de son équivalent allemand perd près de deux points de base, à -0,517%.

PÉTROLE

Les cours du brut baissent, pénalisés par les inquiétudes pour la demande et le renchérissement du dollar.

Le baril de recule de 0,7% à 41,50 dollars et celui du (WTI) perd 0,8% à 39,63 dollars.

(Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault)

Let's block ads! (Why?)