L’Alberta pourrait devenir la leader canadienne de l’énergie solaire et éolienne

Une éolienne.

L'Alberta bénéficie de l'un des meilleurs taux d'ensoleillement et des meilleurs vents du pays.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Audrey Neveu

Des analystes du secteur énergétique prédisent que la croissance des énergies renouvelables en Alberta devrait se poursuivre et pourrait même propulser la province au premier rang au Canada en matière de capacité de production dès 2025.

La firme Rystad Energy dénombre les infrastructures solaires et éoliennes à usage commercial. Ses données ne tiennent pas en compte les plus petites infrastructures pour usage privé, comme les panneaux solaires sur une maison. Rystad Energy prévoit que 83 % des infrastructures bâties au pays au cours des cinq prochaines années le seront en Alberta.

Grâce à cette croissance, l’analyste de la firme, Felix Tan, prévoit que l’Alberta pourrait bientôt avoir une plus grande capacité de production que l’Ontario, actuellement en première position au pays. L’Alberta fait beaucoup de rattrapage, affirme-t-il.

La firme prévoit que la capacité de l’Alberta passera de 0,1 GW d’énergie solaire et 1,8 GW d’énergie éolienne à 1,8 GW provenant du soleil et 6,5 GW du vent d’ici 2025.

Un peu plus élevé que les 1,8 GW provenant du solaire et du 5,8 GW de l'éolien prévu en Ontario dans cinq ans.

Des panneaux solaires sont installés sur le toit de l'hôtel de ville de Raymond.

Les panneaux solaires deviennent de plus en plus rentables.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Rousseau

Félix Tan affirme que l’engagement de l’Alberta à cesser d’utiliser du charbon pour produire de l’électricité d’ici 2030 ouvre la porte aux énergies éolienne et solaire. La déréglementation du marché de l’électricité joue aussi en leur faveur, selon lui.

Une croissance soutenue à prévoir

Qu’on surpasse l’Ontario ou non durant cette période, je ne peux pas le dire avec certitude, mais nous allons certainement continuer à croître, croit quant à lui Blake Shadder, professeur adjoint au Département d’économie de l’Université de Calgary. Il n’anticipe pas une croissance aussi importante que Rystad Energy, mais il est d’accord avec la tendance prévue.

Tout comme Felix Tan, Blake Shaffer croit que la structure du marché de l’électricité en Alberta favorise la compétitivité des énergies renouvelables. Il rappelle que le Texas, un État américain ayant une longue histoire de production de pétrole et de gaz tout comme l’Alberta, est devenu un centre des énergies renouvelables aux États-Unis. Il croit que l’Alberta deviendra également leader dans ce domaine.

Ce n’est pas parce que le Texas aime fondamentalement les énergies renouvelables [qu'il y a investi].

Blake Shaffer, professeur adjoint d'économie, Université de Calgary

L’Alberta a un meilleur potentiel de production que l'Ontario grâce à ses vents forts et à son ensoleillement important qui lui permettent de produire cette électricité renouvelable à bas coût, affirme-t-il, ajoutant que seule la Saskatchewan a un meilleur potentiel de production au Canada.

Avec les informations de Tony Seskus

Zone orange : « On est en train de l'échapper », déplore Labeaume
Santé publique
COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Le Québec « dans la 2e vague », avec 586 nouveaux cas de COVID-19
Santé publique
53 foyers d'éclosion de COVID-19 à Montréal
Santé publique
Revers judiciaire pour la campagne de Trump sur l'enjeu du vote postal
Politique américaine

Let's block ads! (Why?)