La monnaie numérique, « nouveau champ de bataille » de la souveraineté

La Chine entend bien être la première nation au monde à émettre sa monnaie numérique. Pour sa banque centrale, la monnaie numérique représente le « nouveau champ de bataille » dans la concurrence entre Etats.

La Chine fait de la blockchain et du crypto-yuan, sa monnaie numérique de banque centrale, des enjeux de souveraineté et de concurrence sur la scène internationale. Le pays se présente ainsi comme le plus avancé dans l’émission d’une CBDC.

Dans un article publié dans China Finance, relevant de la Banque Populaire de Chine (PBOC), une telle monnaie est décrite comme un « nouveau champ de bataille » de la concurrence entre Etats souverains.

Un crypto-yuan pour internationaliser le yuan

« La Chine a de nombreux avantages et opportunités dans l’émission de devises numériques fiat, elle devrait donc accélérer le rythme pour saisir la première place » souligne la banque centrale dans un article repéré par Reuters.

La Chine n’est toutefois pas la seule puissance économique à faire cette analyse. La présidente de la banque centrale européenne, Christine Lagarde, insistait récemment sur ces enjeux économiques des paiements numériques.

Selon elle, il y a urgence pour l’Europe à s’armer dans la compétition mondiale. La patronne de la BCE estime à ce titre qu’un euro numérique permettrait à l’UE d’être à la pointe de l’innovation. Mais voilà, « l’Europe a pris du retard dans cette compétition » reconnaissait-elle.

Si la BCE mène encore des expérimentations d’une CBDC de détail, la Chine elle réalise déjà des tests à grande échelle. Fin août, la presse chinoise faisait état des tests conduits par les principales banques d’État du pays. Ces grandes manœuvres suggèrent qu’un lancement officiel pourrait être proche.

La riposte du dollar face aux risques géopolitiques

Pour la Chine, un crypto-yuan serait notamment l’opportunité de fragiliser l’hégémonie du dollar et donc la domination de son grand rival américain. La monnaie numérique est décrite par la Chine comme un moyen d’établir un nouveau réseau de système de paiement, facteur clé de l’internationalisation du yuan.

Les Etats-Unis resteront-ils cependant inactifs ? La menace des monnaies numériques ne fait pas consensus. En début d’année, l’économiste en chef de JPMorgan émettait cependant un avertissement.

Selon lui, la monnaie digitale de banque centrale (CBDC) présente d’abord un risque pour les Etats-Unis et l’hégémonie du dollar. Quant au lancement d’un e-dollar, il constituerait « un investissement très modeste » pour la superpuissance.

Ainsi, un dollar numérique conçu pour « perturber le moins possible la structure du système financier national », pourrait contribuer à « protéger un moyen clé d’influer sur l’économie mondiale. » Et la CBDC apparaît d’abord comme « un exercice de gestion des risques géopolitiques. »

Let's block ads! (Why?)