Hausse en vue à Wall Street, l'Europe se relance

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES MONTENT NETTEMENT À MI-SÉANCE © Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES MONTENT NETTEMENT À MI-SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue dans le vert et les Bourses européennes montent nettement lundi à mi-séance, les actions effaçant une partie des lourdes pertes subies la semaine dernière bien que les inquiétudes sanitaires et économiques planent toujours sur les marchés.

Les futures sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse d'environ 1,3% pour le et le Standard & Poor's 500 et de 1,7% pour le . À Paris, le gagne 2,05% à 4.826,69 vers 11h30 GMT. À Francfort, le prend 2,74% et à Londres, le s'adjuge 1,35%.

L'indice paneuropéen avance de 1,86%, l' de la zone euro de 2,26% et le de 1,99%.

Ce dernier a terminé vendredi sur une baisse de 3,6% sur l'ensemble de la semaine et le CAC 40 sur un repli de près de 5%.

Le rebond est tiré par des achats à bon compte sur les valeurs cycliques, notamment les bancaires qui avaient souffert du regain d'inquiétude sur la reprise économique, et par l'annonce d'un quatrième mois consécutif de croissance des profits des sociétés industrielles chinoises.

"Les marchés européens ont ouvert en hausse, poursuivant la tendance enregistrée dans la nuit en Asie, les investisseurs ayant accueilli avec satisfaction les dernières données encourageantes en provenance de Chine. Le rallye des actions sera probablement de courte durée, car les investisseurs seront confrontés à plus d'incertitude et de volatilité en raison du programme chargé de cette semaine", a déclaré Pierre Veyret chez ActivTrades.

Les investisseurs attendent l'audition de Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), par la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen à 11h45 GMT.

La journée de mardi sera marquée par le premier débat entre Donald Trump et son rival démocrate Joe Biden pour le scrutin du 3 novembre.

Côté indicateurs, le rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis sera publié vendredi.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Dans les transactions avant l'ouverture de Wall Street, l'action Uber (NYSE:) gagne 5%, le spécialiste des véhicules de transport avec chauffeur (VTC) ayant remporté une victoire judiciaire en Grande-Bretagne lui permettant de retrouver une licence à Londres, qui lui avait été retirée en 2019 pour des raisons de sécurité.

VALEURS EN EUROPE

Le rebond des marchés européens profite à tous les secteurs et la hausse est plus soutenue pour l'indice Stoxx des banques qui reprend 4,58% après être tombé vendredi à un plus bas record.

Le compartiment automobile gagne 3,07% et celui des transports et loisirs 3,03%

ArcelorMittal (AS:) bondit pour sa part de 9,58%, la plus forte hausse d'un CAC 40 intégralement dans le vert, après l'annonce d'un accord de fusion de ses activités américaines avec Cleveland-Cliffs, le plus grand producteur américain de pellets de minerai de fer.

Genfit s'envole de 41,86% après la signature d'un accord exclusif avec l'américain Labcorp pour la commercialisation d'un nouveau test de dépistage de la NASH, une maladie du foie.

Le groupe britannique de spiritueux Diageo (LON:) prend pour sa part 6,62% après avoir fait état d'un démarrage solide pour son exercice fiscal 2020-2021 grâce notamment à une reprise plus forte que prévu de son activité aux Etats-Unis.

A la baisse, William Hill chute de 10,25% dans les premiers échanges à Londres. L'opérateur américain de casinos Caesars Entertainment a annoncé lundi être en négociations avec le bookmaker britannique en vue de son rachat pour 2,9 milliards de livres sterling (3,18 milliards d'euros).

TAUX/CHANGES

Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans avance légèrement autour de 0,671% et son équivalent allemand gagne un point de base à -0,503%.

Du côté des devises, le billet vert recule de 0,41% face à un panier de référence et l'euro (+0,26%) s'échange autour de 1,166 dollar en attendant l'intervention de Christine Lagarde.

PÉTROLE

Le marché pétrolier repart légèrement à la hausse mais les craintes sur l'évolution de la pandémie et par conséquent de la demande de brut pèsent sur les cours.

Le baril de monte à 41,95 dollars et celui de (West Texas Intermediate, WTI) gagne 0,15% à plus de 40 dollars.

PAS D'INDICATEUR ÉCONOMIQUE MAJEUR À L'AGENDA

(édité par Patrick Vignal)

Let's block ads! (Why?)