Bombardier La Pocatière perd un contrat de 54 millions

L'usine de Bombardier à La Pocatière.

Un wagon en construction à l'usine Bombardier de La Pocatière (archives)

Photo : La Presse canadienne / JACQUES BOISSINOT

Radio-Canada

Bombardier La Pocatière vient de perdre un contrat de 54 millions de dollars.

Il s'agit d'un contrat octroyé par VIA Rail en 2018 pour la réfection de 17 voitures de train.

Par courriel, l'entreprise précise que Bombardier et VIA Rail ont convenu mutuellement de mettre fin à leur contrat.

Fondamentalement, le projet a pris fin vu la combinaison de la vieillesse de ces voitures et la nature du travail qui devait être achevé, peut-on lire.

Pour ce contrat, les voitures à rénover avaient été construites en 1950.

La résiliation de ce contrat représente une érosion additionnelle pour notre usine de La Pocatière. Nous devons donc redoubler nos efforts pour obtenir des contrats supplémentaires.

Extrait d'un courriel d'Annick Robinson, chef des relations publiques de Bombardier Transport

La CSN interpelle Legault

Dans un communiqué publié dans la foulée de l’annulation du contrat, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) interpelle le gouvernement Legault pour favoriser le maintien et le développement de l’expertise québécoise dans les véhicules électriques dédiés au transport en commun.

Le discours du premier ministre Legault est très favorable au Made in Québec, mais il faut maintenant prendre des moyens concrets pour favoriser le plus possible les retombées locales des nombreux contrats de transport en commun qui sont prévus au Québec dans un avenir rapproché, estime le président de la FIMCSN, Louis Bégin.

Le syndicat invite donc à une accélération de la mise en chantier de nouveaux projets de transport en commun et à ce qu’au moins 25 % du contenu des nouveaux contrats de production de véhicules soit produit au Québec.

Une situation précaire pour les travailleurs de La Pocatière

De son côté, le président du syndicat des travailleurs de l'usine de La Pocatière, Claude Michaud, déplore la perte de cet important contrat.

Le pourquoi de la chose, je ne le sais pas, a-t-il affirmé mardi matin sur les ondes d'Info-réveil.

On craint des mises à pied, ici, à La Pocatière. On parle de début juin. [...] On a déjà perdu des emplois et on en perd encore.

Claude Michaud, président du syndicat des employés de La Pocatière

Actuellement, 420 personnes travaillent dans les installations de Bombardier dans le Kamouraska.

Le syndicat s'inquiète cependant de leur avenir au cours des prochains mois, lorsque les commandes déjà prévues seront livrées.

Laval et l’Outaouais passent au niveau d'alerte orange
Santé publique
COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
247 voyageurs ont introduit la COVID-19 au Québec
Coronavirus
Deuxième vague : Legault sous le feu de la critique
Politique provinciale
Poutine dirige « probablement » une opération visant à favoriser la réélection de Trump
Politique américaine

Let's block ads! (Why?)