Un géant québécois du béton songe à acheter la cimenterie de Port-Daniel–Gascons

Une vue de la cimenterie.

La Cimenterie McInnis, à Port-Daniel–Gascons

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Béton provincial souhaiterait devenir propriétaire de la cimenterie gaspésienne. Une intention qui a de quoi surprendre puisque rien n'indique que les propriétaires actuels souhaitent se départir de leur usine qui a coûté plus d'un milliard et demi de dollars.

Le 10 juillet dernier, Béton provincial a fait inscrire sept de ses hauts dirigeants, dont le président André Bélanger, au Registre des lobbyistes en vue de négocier un contrat d'acquisition de l'entreprise Ciment McInnis.

Le mandat, qui est valide pendant un an, vise à convaincre les plus hautes sphères de l'État québécois de consentir une aide financière de 150 millions de dollars pour mener à terme cette transaction, sous forme de prêt ou autrement peut-on y lire.

Il n'est pas spécifié si d'autres partenaires feraient partie des acheteurs ou si Béton provincial, dont le siège social est situé à Matane, achèterait en totalité ou en partie Ciment McInnis, si le projet va de l'avant.

Personne de Béton provincial ne nous a rappelé malgré nos nombreuses tentatives de les joindre pour obtenir une entrevue.

Le premier ministre Legault interpellé

Béton provincial, qui emploie 1600 personnes et qui se décrit comme la plus importante entreprise indépendante de l'industrie du béton au Canada, entend donc entamer des pourparlers avec, entre autres, la Caisse de dépôt et de placement du Québec, qui est propriétaire de 27,5 % de la cimenterie, ainsi qu'avec Investissement Québec, qui a décaissé 350 millions de dollars dans l'aventure, mais aussi directement avec le premier ministre François Legault.

beton-provincial-matane

L'entreprise Béton provincial est basée à Matane.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Selon le professeur titulaire de stratégie au département de management de l'Université Laval, Yan Cimon, l'acquisition de Ciment McInnis en totalité ou en partie par Béton provincial pourrait représenter des perspectives intéressantes pour le géant du béton.

Il y aurait plusieurs avantages [dont le fait] que l'entreprise serait plus intégrée verticalement et donc une possibilité éventuellement de mieux contrôler les coûts.

Yan Cimon, professeur titulaire de stratégie, Faculté des sciences de l’administration, Université Laval

Yan Cimon croit aussi que Béton provincial pourrait aussi accéder à de nouveaux marchés en raison de la synergie imputable à la combinaison des activités. Ciment McInnis a développé un réseau de distribution sur la côte est de l'Amérique-du-Nord.

Et pas nécessairement dans des familles de produits existants pour Béton provincial, note le spécialiste.

Les possibilités sont importantes, précise Yan Cimon, tout en ajoutant que les informations sont trop fragmentaires pour l'instant pour avoir une opinion ferme à ce sujet.

L'usine de Ciment McInnis à Port-Daniel-Gascons

Complexe de Ciment McInnis à Port-Daniel-Gascons

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le précieux ciment

L'accès au ciment constitue le principal défi pour les producteurs de béton.

Dans une entrevue accordée au journal Le Soleil en 2015, le président de l'entreprise familiale fondée en 1960, André Bélanger, soulignait que contrairement à ses principaux concurrents, comme Lafarge et CRH, Béton provincial n'exploitait pas de cimenterie.

Le ciment, c'est notre principale dépense, il est au béton ce que la farine est aux produits de boulangerie

André Bélanger, président de Béton provincial, extrait d'une entrevue accordée au journal Le Soleil en 2015.

M. Bélanger avait aussi précisé lors de cet entretien qu'il importait du ciment d'Asie. C'était cependant avant la mise en service de la cimenterie de Port-Daniel–Gascons. Depuis ce temps, les deux entreprises gaspésiennes entretiennent des liens étroits.

C'est Béton provincial qui a fourni le béton destiné à la construction de la cimenterie McInnis.

C'est aussi Béton provincial qui a reçu les premières tonnes de ciment produites à la cimenterie McInnis en 2017.

Béton Provincial est un partenaire d’affaires important de Ciment McInnis, a mentionné la porte-parole de Ciment McInnis, Maryse Tremblay, sans vouloir élaborer davantage.

Cimenterie à vendre?

Dans le mandat inscrit en juillet au Registre des lobbyistes, Béton provincial laisse entendre que Ciment McInnis pourrait passer entre des mains étrangères.

Il n'a pas été possible d'avoir d'autres réponses à nos questions de la part de Ciment McInnis dans ce dossier.

Les principaux actionnaires de la cimenterie, la Caisse de dépôt et de placement, Beaudier inc., le bas de laine de la famille Beaudoin-Bombardier, et Investissement Québec, n'ont pas non plus voulu élaborer sur une éventuelle vente.

Homme debout devant un lutrin

Laurent Beaudoin, actionnaire de la cimenterie lors de l'annonce de la construction

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La demande d'aide financière de 150 millions de Béton provincial au gouvernement du Québec, vise à s'assurer que cette entreprise demeure propriété d'intérêts québécois, peut-on y lire.

Pour Yan Cimon, il ne serait pas surprenant que des entreprises étrangères s'intéressent à l'entreprise.

Des trois actionnaires principaux, seule la Caisse de dépôt et de placement du Québec, qui possède la majorité des voix au sein du conseil d'administration de Ciment McInnis, a laissé entrevoir une telle possibilité sans toutefois parler concrètement du cas de Béton provincial.

La Caisse n’est pas un opérateur de cimenterie à long terme et nous restons ouverts aux opportunités.

Serge Vallières, conseiller principal, Communications avec les médias, Caisse de dépôt et de placements du Québec

Rappelons qu'en 2018, la Caisse de dépôt avait mandaté une firme pour évaluer tous les scénarios en lien avec sa participation dans la cimenterie. L'agence Bloomberg mentionnait que la vente des actions était l'une de ces options.

Un an plus tard, la Caisse a plutôt réinjecté 150 millions de dollars dans l'aventure. Elle détient aussi 50 % des sièges sur le conseil d’administration ainsi qu’un vote prépondérant en cas d’impasse.

Les actionnaires de McInnis voudront évidemment réaliser un rendement important sur leurs investissements et il est clair qu'il y a beaucoup de possibilités d'éventuels acquéreurs qui pourraient rentrer au capital de cette entreprise-là.

Yan Cimon, professeur titulaire de stratégie, Faculté des sciences de l’administration, Université Laval

Mais même si Béton provincial achetait toutes les actions détenues par la Caisse dans la société en commandite qui possède Ciment McInnis, l'entreprise matanaise ne posséderait que 27,5 % des actifs de la méga-cimenterie, soit la part détenue actuellement par la Caisse.

Il nous a été impossible de savoir dans le détail la valeur et le nombre d'actions détenues par Beaudier inc. La Caisse considère ces informations comme relevant du domaine privé.

Pour sa part, Laurent Beaudoin, ex-PDG de Bombardier et à la tête de Beaudier inc., n'a pas voulu nous accorder d'entrevue.

La Caisse de dépôt et de placement du Québec et Investissement Québec ont déboursé plus de 750 millions de dollars dans ce projet qui a connu d'importants dépassements de coûts.

COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Programmes sport-études : l’incohérence totale
Martin Leclerc
Coronavirus
Pas d’arts ni de sports à l’extérieur des groupes-classes, tranche Roberge
Éducation
Un géant québécois du béton songe à acheter la cimenterie de Port-Daniel–Gascons
Amende salée pour un influenceur antimasque
Procès et poursuites

Let's block ads! (Why?)