Un examen de conscience est requis pour les alumineries, selon un syndicat

Des rouleaux de feuilles d'aluminium

Le secteur de l'aluminium est frappé de plein fouet par de nouveaux tarifs douaniers aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada

À travers la déception s’ajoute un sentiment de frustration pour le président du syndicat des travailleurs de l’aluminium d’Alma au lendemain de l’annonce de nouveaux tarifs douaniers sur l’importation d’aluminium canadien aux États-Unis.

En entrevue à C’est jamais pareil, Sylvain Maltais n’y est pas allé de main morte à l’endroit de l’employeur.

C’était prévisible, tout le monde le voyait avec le président qui est en retard dans les sondages pour les élections au mois de novembre, les alumineries le savaient qu’elles étaient observées. Elles ont refusé de réduire la production et augmenté la production de métal brut. Moi, je pense que c’est triste, mais on a donné les arguments à Trump , a-t-il déploré.

Sylvain Maltais

Le président syndical Sylvain Maltais parle d'une catastrophe annoncée.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Coulombe

Les aluminiers au Canada doivent faire un examen de conscience parce qu’ils ont joué avec le feu.

Sylvain Maltais, président du Syndicat des métallos d’Alma

Changement de la production durant la pandémie

M. Maltais a aussi expliqué que les alumineries ont choisi de maintenir le rythme de production, malgré la baisse de demande pour les alliages plus spécialisés durant la pandémie.

Les entreprises auraient compensé cette baisse en produisant et en exportant davantage d’aluminium brut, ce qui a attaqué directement les producteurs américains spécialisés dans ce type de produits.

Pour certains, les conséquences de cette décision d’affaires étaient inévitables.

Les bloquistes s’affichent en chien de garde

En ce sens, la nouvelle des tarifs n’est donc pas arrivée comme une surprise non plus pour les députés du Bloc québécois dans la région.

Même si l’élu de Jonquière, Mario Simard, s’est gardé de jeter la pierre à Rio Tinto lors d’un point de presse sur la question des nouveaux tarifs vendredi matin à Saguenay, il a admis que cette nouvelle planait déjà depuis quelques semaines.

La semaine dernière avec Yves-François [Blanchet] lors de son passage dans la région, on avait convoqué nos partenaires régionaux et on avait convenu d’une stratégie , a-t-il affirmé.

Les deux hommes discutent sur la rue devant l'aluminerie d'Arvida.

Les députés bloquistes Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe réclament des comptes au gouvernement.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

Alors que le gouvernement fédéral vient d’annoncer des représailles prochaines de l’ordre de 3,6 milliards de dollars, le député de Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe, promet d’être aux aguets.

Nous irons à Ottawa la semaine prochaine pour poser des questions au gouvernement , a-t-il lancé.

Les députés veulent notamment savoir à quoi servira l’argent des contre-tarifs.

On se retrouve dans la même situation qu’il y a deux ans, mais on ne sait pas comment les sommes de 2018 ont été dépensées. Où est le milliard de 2018? On veut qu’il soit entièrement accordé à l’industrie de l’aluminium , a martelé Mario Simard.

Un énorme recul, dit Josée Néron

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, a elle aussi dénoncé ce qu’elle interprète comme une manœuvre électoraliste de la part du président américain.

Tout le monde est d’accord. C’est du Trump à son meilleur. C’est très décevant. On pensait qu’avec toutes les négociations qu’il y avait eu dans le cadre du traité de l’ACÉUM, toutes ces choses-là étaient derrière nous, qu’on pouvait regarder en avant et passer à autre chose. Surtout, on s’entend que l’industrie de l’aluminium a eu sa part de problèmes avec la COVID-19, a déclaré Josée Néron

La mairesse demande au gouvernement Trudeau de « mettre ses culottes ».

Ce qu’on demande aux politiciens du fédéral, c’est de retourner à la table, renégocier, mais également de mettre en place les mesures nécessaires pour démontrer que le Canada n’accepte pas la façon dont le président s’est positionné au cours des dernières heures.

Josée Néron, mairesse de Saguenay

Avec Jean-François Coulombe

COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Accident d'avion en Inde : au moins 14 morts et 15 blessés graves
Écrasement d'avion
Tarifs sur l'aluminium : Ottawa attendra 30 jours avant de riposter
Métaux et minerais
Des parents demandent à Québec de permettre l’école à distance
Éducation
Fatima Houda-Pepin n'est plus déléguée générale du Québec au Sénégal
Politique provinciale

Let's block ads! (Why?)