Uber arrive dans les régions du Québec

Une main tient un téléphone sur lequel est écrit le mot Uber.

L'entreprise n'a pas annoncé de date précise quand à la disponibilité de son service en région.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada

Le géant de la technologie de San Francisco a annoncé ce mercredi que ses services de « covoiturage urbain » allaient être disponibles dans l’ensemble du Québec.

Une personne dotée de l’application sur son téléphone intelligent pourra donc faire appel aux services d’Uber à compter de l’automne. L’entreprise n’a pas donné de date précise.

Uber affirme avoir mis en place des mesures afin d’assurer la sécurité des utilisateurs et des conducteurs, notamment une attention particulière qui sera portée à la vérification des antécédents judiciaires des chauffeurs qui offrent leur service sur l’application.

Par ailleurs, chauffeurs et utilisateurs devront porter obligatoirement le masque ou un couvre-visage.

Uber précise qu'elle veut aussi collaborer avec les acteurs locaux pour renforcer sa présence dans les régions.

L’entreprise offrait jusqu’à maintenant ses services dans les villes de Montréal, Québec et Gatineau.

Inquiétudes

L'arrivée prochaine d'Uber en région préoccupe les chauffeurs de taxi traditionnels de l’Est-du-Québec.

À Rimouski, où le marché compte 42 permis de taxi, ce genre de compétition pourrait frapper les chauffeurs de plein fouet.

L’inquiétude de Stéphane Dionne, directeur et actionnaire de l'entreprise Taxi 800, est palpable.

Nous allons pouvoir passer de 42 à 500 taxis à Rimouski! Avec la même population! C’est sûr que la pointe de tarte elle va diminuer pas mal!

Stéphane Dionne, directeur et actionnaire de l'entreprise Taxi 800

Stéphane Dionne craint que les taxis ne puissent plus vivre de leur métier à cause de l’entreprise.

Il est aussi sceptique quant à la logique d’affaires du choix de s’étendre en région.

Honnêtement, je ne vois pas comment Uber va faire son business en région? Il n’y a pas d’aéroport, il n’y a pas de monde là!

Stéphane Dionne, directeur et actionnaire de l'entreprise Taxi 800

Uber veut toutefois ouvrir son application aux taxis traditionnels afin de permettre aux chauffeurs de bénéficier de revenus supplémentaires.

Plus de détails à suivre

COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Deux personnes tuées à Kenosha lors d'une manifestation pour Jacob Blake
Forces de l'ordre
Cette vidéo contient plusieurs inexactitudes sur les masques et sur les vaccins
Fausses nouvelles
Ces « anges gardiens » qui ne seront pas régularisés
Politique provinciale
Le Canada critiqué pour avoir refusé l’entrée au pays à un journaliste danois
Industrie pétrolière

Let's block ads! (Why?)