Top 5 des événements clés à retenir pour bien aborder la séance US ce jeudi

Par Geoffrey Smith

Investing.com -- Jeudi est le jour des demandes d'allocations chômage, et les économistes s'attendent à ce que le nombre de personnes demandant des allocations chômage pour la première fois ait diminué de quelque 64 000 à 1,12 million. Le président Donald Trump maintient les nouveaux tarifs douaniers sur les produits européens. Les actions devraient s'ouvrir un peu plus bas, car l'impasse du prochain plan de relance se prolonge, et les prix du pétrole chutent par rapport à leurs sommets des cinq derniers mois, après que l'AIE a réduit ses prévisions de la demande mondiale. Voici ce que vous devez savoir sur les marchés financiers le jeudi 13 août.

1. Les demandes d'allocations de chômage attendues alors que Daly avertit que certains emplois pourraient ne jamais être retrouvés

Les devraient être tombées à 1,12 million la semaine dernière, ce qui serait le chiffre le plus bas depuis que la pandémie a explosé en mars. De même, le nombre de demandes d'allocations de chômage, qui sont signalées avec une semaine de décalage par rapport aux demandes initiales, devrait être tombé sous la barre des 16 millions pour la première fois depuis avril.

La présidente de la Réserve fédérale de San Francisco, Mary Daly, a déclaré tard mercredi qu'elle craignait que de nombreux emplois perdus depuis mars ne le soient à jamais, la partie la moins qualifiée de la population active en faisant les frais.

La France a fait état d'une baisse surprise du nombre de chômeurs au deuxième trimestre, mais seulement parce qu'elle ne compte que ceux qui sont activement à la recherche d'un emploi, ce qui était pratiquement impossible pendant la période de fermeture. Le taux d'emploi des jeunes Français est tombé à 26,6%, ce qui reflète plus fidèlement une situation difficile.

2. L'impasse de la relance s'éternise

Il n'y a toujours pas de signe que les Républicains et Démocrates du Congrès débloquent les négociations sur le prochain cycle de mesures d'aide économique.

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a déclaré mercredi aux journalistes que la Chambre basse était prête à rencontrer le Sénat et l'administration à mi-chemin, comblant ainsi le fossé entre la proposition de l'administration d'un billion de dollars et le projet de loi de la Chambre de 3,5 billions de dollars.

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a qualifié de trompeuse la déclaration de Pelosi, affirmant que les négociateurs des démocrates n'étaient pas du tout prêts à faire des compromis.

3. Les actions américaines devraient ouvrir à la baisse; les données sur le chômage attendues

Les marchés boursiers américains devraient ouvrir légèrement à la baisse avant les données sur les demandes d'allocations chômage, qui devraient donner le ton de la journée.

À 12h50, le contrat était en baisse de moins de 0,1%, tandis que le contrat et le contrat {{8874|futures 100}} étaient en baisse en parallèle.

Parmi les actions en vedette, on peut citer la société de transport routier Lyft (NASDAQ:), qui a enregistré une forte baisse du nombre de passagers et des recettes au deuxième trimestre après la cloche de mercredi, ainsi que JC Penney (OTC:), dont les propriétaires seraient sur le point de racheter le groupe de grands magasins en faillite.

Après la clôture aujourd'hui, il y aura également des mises à jour sur les bénéfices du géant chinois de la recherche Baidu (NASDAQ:) et de iQIYI (NASDAQ:).

4. Pause sur les tarifs de l'UE

Le président Donald Trump a décidé de ne pas augmenter le niveau global des droits de douane sur les importations de biens européens, dans un souci apparent de s'assurer que la réduction du pouvoir d'achat des Américains ne soit pas aggravée par les droits de douane avant les élections.

Toutefois, l'administration a introduit de nouveaux droits de douane sur certains produits, comme les confitures et gelées françaises et les couteaux allemands. Ces droits font partie des mesures autorisées par une décision de l'OMC qui a déclaré l'UE coupable de subventionner illégalement Airbus.

Le titre d'Airbus (PA:) a chuté de 1,6% à Paris.

5. Le pétrole consolide alors que l'AIE réduit les perspectives de la demande

Les prix du pétrole brut ont légèrement baissé après que l'Agence internationale de l'énergie a suivi l'Organisation des pays exportateurs de pétrole en réduisant ses prévisions de la demande moyenne de pétrole cette année.

Les contrats à terme sur le ont baissé de 0,1% à 42,64$ le baril, tandis que le benchmark international a baissé de 0,3% à 45,31$ le baril

L'AIE a réduit ses estimations pour les deux derniers trimestres de cette année de 500 000 barils par jour, projetant que la consommation sera en moyenne de 95,25 millions de barils par jour pendant cette période.

La réduction des prévisions cette semaine est largement due à la faiblesse de la demande de carburant d'aviation, les voyages aériens n'ayant pas retrouvé la même vigueur que les voyages en voiture et en camion. L'ampleur de ce phénomène a été démontrée une nouvelle fois jeudi, lorsque la société allemande Tui (DE:), le plus grand groupe de voyage au monde, a déclaré que ses revenus avaient chuté de 98% par rapport aux niveaux de l'année précédente au cours des trois mois à juin.

Let's block ads! (Why?)