StockBeat: Spéculations sur une fusion entre Accord et IHG

© Reuters.  © Reuters.

Par Geoffrey Smith

Investing.com -- Depuis des mois, le mantra est que le Covid-19 va dévaster les voyages d'affaires, sinon pour toujours, du moins sur tout horizon d'investissement significatif. L'impact sur les voyages de loisir ne durera peut-être pas aussi longtemps, mais il devrait être tout aussi grave à court terme.

Il n'est donc pas surprenant que l'industrie hôtelière semble en tirer les conséquences.

Selon le journal Le Figaro, Accor (PA:) envisage un rapprochement avec l'entreprise britannique InterContinental Hotels Group (LON:).

Le journal français a rapporté jeudi que le PDG d'Accor, Sébastien Bazin, a créé une équipe dirigée par le directeur financier Jean-Jacques Morin pour étudier les possibilités et a retenu les spécialistes en fusions-acquisitions Rothschild et Centerview pour les conseiller. Le groupe n'a pas confirmé l'information.

Une fusion entre les deux créerait le plus grand opérateur hôtelier du monde avec plus de 10 000 établissements, devançant Marriott (NASDAQ:), qui en compte un peu moins de 7 000. Même après une probable rationalisation des capacités, il est probable qu'il conservera cette avance.

Cependant, il est peu probable qu'elle soit dominée par Accor, ce qui pourrait être une des raisons pour lesquelles le Figaro affirme que Bazin n'est pas aussi enthousiaste à l'idée que son conseil de surveillance, puisqu'il ne serait pas le candidat principal pour être PDG du groupe fusionné. Keith Barr, le PDG américain d'IHG, âgé de 50 ans, a encore beaucoup d'essence dans son réservoir, et son groupe vaut plus de 8 milliards d'euros (9,6 milliards de dollars) contre 6,2 milliards pour Accor.

De plus, c'est IHG qui a la meilleure dynamique commerciale en ce moment, ne perdant qu'environ 260 millions d'euros au niveau opérationnel au cours du premier semestre, contre 1,36 milliard pour Accor.

Pour Accor, le principal attrait de toute forme d'alliance serait de renforcer sa présence en Amérique du Nord, où la chaîne Holiday Inn d'IHG occupe une position forte dans le segment du marché intermédiaire, qui a moins souffert que les autres segments dans le ralentissement actuel. Ce sont les performances d'Holiday Inn qui ont permis à IHG de terminer avec la plus faible baisse de revenu par chambre disponible (RevPAR) au deuxième trimestre, soit seulement 74,9% contre plus de 80% pour tous ses principaux rivaux.

La famille de marques Holiday Inn, très présente aux États-Unis, vient compléter la position des marques Ibis et Novotel d'Accor en Europe. Cela offre la perspective de synergies dans des domaines tels que les réservations et les programmes de fidélité.

Même la fusion la plus réussie (et les opérations de cette envergure sont rarement aussi réussies que les banquiers qui les promeuvent le promettent) ne serait pas une panacée. Lors d'un appel aux investisseurs ce mois-ci, Bazin a déclaré que jusqu'à 15% du marché des voyages d'affaires pourrait disparaître définitivement, laissant Accor - qui possède plus d'hôtels de marque que ses concurrents - uniquement exposé à un problème de surcapacité.

Néanmoins, la perspective d'un accord a suffi à faire monter les actions d'Accor et d'IHG de 1,4% et 1,1% respectivement, un matin où les et étaient dans le rouge. Il faut s'attendre à d'autres gains si les deux groupes se mettent un jour à parler sérieusement de l'idée.

Let's block ads! (Why?)