Nouvelle séance de hausse en Europe et rebond à Wall Street

© Reuters.  © Reuters.

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en hausse mercredi dans le sillage de Wall Street, les investisseurs restant optimistes en dépit des incertitudes sur les mesures de soutien à l'économie américaine et sur l'évolution de la pandémie de coronavirus.

À Paris, le a terminé en hausse de 0,9% à 5.073,31 points, un plus haut de trois semaines. Le Footsie britannique a pris 2,2% et le a gagné 0,86%.

L'indice a avancé de 0,93%, le de 1,23% et le de 1,11%.

Les marchés européens "semblent avoir ignoré les inquiétudes des jours passés sur les perspectives d'un accord de relance aux Etats-Unis", a déclaré Michael Hewson chez CMC Markets, et consolident les gains de la veille.

Les négociations entre la Maison blanche et les parlementaires démocrates restent au point mort, chaque camp accusant l'autre de bloquer la situation. Autre élément que les investisseurs ont relégué au second plan, l'épidémie de coronavirus montre des signes d'accélération inquiétante, notamment en Australie et en Allemagne.

VALEURS

Aux valeurs, Sunrise Communications a fini en tête du Stoxx avec un bond de 26,8% après l'annonce par Liberty Global de son rachat, une opération qui valorise le groupe suisse de télécoms à 6,8 milliards de francs suisses (6,3 milliards d'euros).

L'indice Stoxx des télécoms a gagné 1,74%, la plus forte hausse en Europe

Le groupe bancaire ABN Amro a grimpé de 8,08% après l'annonce d'une perte trimestrielle moins lourde que prévu et de son retrait des opérations de financement des matières premières.

Le voyagiste TUI a gagné en séance jusqu'à 7,6%, l'état allemand lui ayant accordé un plan d'aide supplémentaire de 1,2 milliard d'euros face aux répercussions économiques de la pandémie.

A WALL STREET

A l'heure de la clôture des marchés en Europe, Wall Street avançait nettement en dépit des incertitudes. L'indice gagnait 0,75%, le Standard & Poor's 500 prenait 1,23%, proche de son record absolu, et le montait de 1,9%.

En Bourse, Tesla (NASDAQ:) grimpait de 8,86% après avoir annoncé la division par cinq du prix de l'action pour la rendre plus accessible à ses employés et aux investisseurs particuliers. Le titre, devenu l'un des plus cher de Wall Street, a bondi de plus de 200% depuis le début d'année.

TAUX

La bonne orientation des actions pénalise les emprunts d'Etat, avec pour effet une remontée des rendements: celui du Bund allemand à dix ans a touché un plus haut de deux semaines à -0,428%.

Sur le marché obligataire américain, les rendements des emprunts d'Etat continuent de monter avant d'importantes adjudications aux montants de 38 milliards de dollars pour le dix ans, un record, et de 26 milliards de dollars pour les bons du Trésor à 30 ans.

Après avoir gagné plus de huit points de base mardi, le rendement des Treasuries à dix ans prend encore plus de deux points et a touché en séance un pic de cinq semaines, à 0,691%.

CHANGES

L'"indice dollar", qui mesure les fluctuations de la monnaie américaine face à un panier de référence, est orienté à la baisse (-0,27%) et l'euro se rapproche de 1,18 dollar.

LES INDICATEURS DU JOUR

L'ampleur des dégâts provoqués par la crise du coronavirus a été illustrée par l'annonce d'un repli de 20,4% de l'économie britannique au deuxième trimestre mais des signes de rebond se dessinent cependant avec une croissance de 8,7% enregistrée en juin, contre une hausse de +8,0% attendue par les analystes.

"La récession était attendue mais le fait que le PIB en juin ait été meilleur que prévu est encourageant", a déclaré Russ Mould, directeur des investissement chez AJ Bell.

Le rebond de la production industrielle dans la zone euro en juin est ressorti pour sa part inférieur aux attentes pour le deuxième mois consécutif, à +9,1%.

Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont augmenté de 0,6% en juillet, un rythme plus importante qu'attendu..

PÉTROLE

Les prix du pétrole augmentent en raison d'une diminution plus importante que prévu des stocks américains de brut, renforçant l'espoir que la demande aux Etats-Unis puisse résister à la pandémie.

L'Energy Information Administration (EIA) a fait état d'une baisse de 4,5 millions de baril aux Etats-Unis la semaine dernière contre -2,9 millions attendu.

Le gagne 1,66% à 45,24 dollars le baril et le prend 1,8% à 42,36 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Nicolas DElame)

Let's block ads! (Why?)