L'industrie du homard en Atlantique sur ses gardes à l'idée d'une enquête américaine

Les exportations canadiennes de homard aux États-Unis représentent plus de deux milliards de dollars par année

Les exportateurs de homard canadien ont profité ces dernières années de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, mais ceux du Maine en ont particulièrement souffert (archives).

Photo : Radio-Canada / CBC/Kayla Hounsell

Olivier Lefebvre

L'enquête entamée par l'administration Trump pour déterminer comment la pêche au homard au Canada affecte l'industrie américaine est perçue en Atlantique comme un geste politique du candidat à l'élection présidentielle pour séduire les électeurs du Maine, mais elle doit être prise au sérieux.

C'est notamment l'avis du président de la Coalition des pêcheurs du golfe en Nouvelle-Écosse, Leonard Leblanc. Il craint les conséquences potentielles d'une telle enquête dans le cas où Donald Trump obtiendrait un deuxième mandat à la Maison-Blanche. Il pourrait par exemple imposer des tarifs douaniers sur le homard canadien.

Léonard LeBlanc.

Léonard LeBlanc, président de la Coalition des pêcheurs de la Nouvelle-Écosse (archives).

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

La possibilité d'avoir des tarifs est réelle si on regarde ce qu'il a fait avec d'autres industries au Canada, on sait comment il travaille et on va essayer d'éviter le pire, dit-il.

Les États-Unis demeurent à l'heure actuelle le plus important acheteur de homard canadien. L'imposition de tarifs douaniers pourrait donc être catastrophique pour l'industrie canadienne.

Mais les Américains seraient aussi perdants, selon le professeur de stratégie à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval, Yan Cimon.

Il y aurait, dit-il, une cascade d'impacts sur le consommateur final américain, que ce soit dans les produits transformés, dans les restaurants ou même en épicerie, donc ce n'est pas nécessairement dans l'intérêt des Américains de mettre des tarifs sur le homard.

Des années difficiles pour les pêcheurs du Maine

Les exportateurs de homard canadien ont profité ces dernières années de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, mais ceux du Maine en ont particulièrement souffert.

Dans ce contexte, l'analyste de l'industrie du homard au Nouveau-Brunswick, Gilles Thériault, voit chez l'administration Trump une déclaration politique pour apaiser les pêcheurs américains.

L'industrie canadienne n'a, selon lui, absolument rien à se reprocher. Il faut toujours être vigilant, dit-il, mais on ne peut rien faire de plus pour le moment.

Les provinces et le fédéral demeurent attentifs

Le premier ministre sortant au Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, espère que cet enjeu disparaîtra avec une défaite de Donald Trump le 3 novembre.

C'est honteux que ces tensions existent. Je souhaite grandement un changement de partenaire politique pour qu'on redevienne voisins et un partenaire économique important avec qui on travaille très bien, a-t-il dit à Saint-Jean, lundi.

Donald Trump est debout près de casiers à homards empilés qui forment un mur à côté de lui.

Donald Trump devant des casiers à homards à Dover, dans le New Hampshire, le 27 avril 2011.

Photo : Reuters / Joel Page

Son adversaire libéral, Kevin Vickers, a pour sa part promis, s'il est élu, de faire de la défense des pêcheurs au Nouveau-Brunswick, une priorité.

Pour moi ça c'est tout à fait inacceptable, a-t-il indiqué, en comparant la situation au conflit du bois d'oeuvre qui contraint l'industrie forestière à payer plus cher pour exporter son produit aux États-Unis.

Du côté fédéral, la ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international, Mary Ng, affirme surveiller la situation et être prête à défendre les intérêts des entreprises canadiennes.

Nous sommes bien sûr au courant de l'enquête et nous suivrons de près les développements. Je peux assurer à l'industrie du homard que nous le ferons, a-t-elle dit.

COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Un leurre pourrait empêcher le nouveau coronavirus d’infecter les poumons
Médecine
Augmentation des cas de COVID-19 : « Il y a un relâchement général au Québec »
Santé publique
Pas question d'envoyer la statue de Macdonald en Alberta, dit Legault
Politique fédérale
COVID-19 : difficile pour des médecins de se faire entendre
Réseaux sociaux

Let's block ads! (Why?)