L'Europe boursière espère un plan de relance US, les PMI en menu

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN NETTE HAUSSE © Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN NETTE HAUSSE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont en nette hausse mercredi dans les premiers échanges dans l'espoir d'avancées dans les négociations sur le plan de relance américain avant la publication de plusieurs indicateurs économiques importants.

À Paris, l' gagne 1,16% à 4.946,02 points vers 07h38 GMT. À Francfort, le prend 0,96% et à Londres, le s'octroie 0,84%.

L'indice de la zone euro avance de 1,02%, le de 0,65% et le de 0,86%.

La séance sera riche en statistiques avec pour commencer les indices PMI des services en Europe, qui pourraient confirmer le retour en zone de croissance après le coup dur infligée par la crise sanitaire à l'économie.

En Chine, la croissance de l'activité du secteur des services a ralenti en juillet après avoir atteint en juin son plus haut niveau en dix ans, l'indice PMI calculé par Caixin/Markit revenant à 54,1 contre 58,4.

Les investisseurs surveilleront plus tard l'ISM des services aux Etats-Unis et les résultats de l'enquête mensuelle ADP (PA:) sur l'emploi privé en juin, pour évaluer le rythme de la reprise de l'emploi, deux jours avant la publication du rapport mensuel du département du Travail.

Ils suivront à nouveau de près l'évolution des négociations entre démocrates et républicains à Washington sur le plan de relance, qui pourraient déboucher sur un accord d'ici la fin de semaine selon le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

La présidente de la Réserve fédérale de San Francisco, Mary Daly, a souligné mardi que l'économie américaine avait besoin de plus de soutien qu'on ne le pensait initialement à cause de l'impact du coronavirus.

LES VALEURS

Plus forte baisse du CAC 40, le groupe hôtelier Accor (PA:) perd 1,17% après avoir fait état mardi soir d'un premier semestre catastrophique marqué par une perte de 1,52 milliard d'euros et une chute de 52,4% de son chiffre d'affaires qui l'a conduit à annoncer la suppression d'un millier de postes.

Le secteur des transports et loisirs gagne néanmoins 2,11% soutenu par la progression des compagnies aériennes IAG (LON:) (+8,15%), EasyJet (LON:) (+7,69%), Lufthansa (DE:) (+6,01%) ou Air France-KLM (PA:) (+5,02%).

A Francfort, BMW (DE:) cède 2,61% après avoir subi une perte d'exploitation au deuxième trimestre, conséquence de la chute de 25% des livraisons sur la période en raison de la crise sanitaire.

Commerzbank (DE:) gagne 5,24% après ses résultats trimestriels.

Le distributeur Ahold Delhaize (BR:) grimpe de 5,36% grâce à une publication trimestrielle meilleure que prévu, les mesures de confinement adoptées pour endiguer la pandémie s'étant traduites par une augmentation de la fréquentation et des livraisons de ses supermarchés.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en hausse mardi, soutenue par le secteur de l'énergie, même si les investisseurs ont gardé un oeil circonspect vers les négociations qui se poursuivent à Washington sur un nouveau plan de relance. [.NFR]

L'indice a gagné 0,62%, le S&P-500 a pris 0,37% et le a avancé de 0,34%.

Apple (NASDAQ:) a pris 0,67%, signant ainsi une cinquième séance consécutive, récoltant toujours le fruit des résultats spectaculaires publiés la semaine dernière.

A la baisse, Ralph Lauren a abandonné 4,39% après avoir fait part de résultats trimestriels décevants et AIG (NYSE:) a perdu 7,53% pour les mêmes motifs.

Les contrats à terme sur indices préfigurent pour l'instant une ouverture en hausse d'environ 0,5%.

EN ASIE

L'indice à Tokyo a cédé 0,26% après avoir atteint un pic d'une semaine la veille, affecté par des résultats décevants et la hausse du yen, qui pèse sur les groupes tournés à l'exportation.

Aux valeurs, Sony (T:) a perdu 1,73%, les inquiétudes concernant ses perspectives de bénéfices éclipsant des résultats trimestriels meilleurs qu'attendu.

Les Bourses chinoises ont réduit leurs gains à la clôture: l'indice Composite à Shanghai a pris 0,2% et le CSI300 des grandes capitalisations du pays a fini la journée à l'équilibre.

CHANGES/TAUX

L'"indice dollar", qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de six autres devises internationales, perd 0,34% et l'euro en profite pour remonter vers 1,1825 dollar.

"Je pense que la reprise de la zone euro sera beaucoup plus rapide que celle des Etats-Unis et que le différentiel de croissance continuera à faire grimper l'", a déclaré Marshall Gittler, responsable de la recherche en investissement chez BDSwiss.

Du côté de l'obligataire, le rendement du dix ans américain est inchangé à 0,5183%, non loin du plus bas de cinq mois touché mardi à 0,505%. Son équivalent allemand monte légèrement, autour de -0,545%.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont en légère hausse après la baisse plus forte que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis annoncée par l'American Petroleum Institute (API) bien que l'augmentation des contaminations par le coronavirus continue de peser sur la tendance.

Le baril de gagne 0,45% à 44,63 dollars et celui du (WTI) prend 0,41% à 41,87 dollars.

Les investisseurs suivront la publication des chiffres de l'Energy Information Administration (EIA) sur les stocks à 14h30 GMT.

MÉTAUX

Le cours de l'or a atteint en séance un pic historique à 2.036,49 dollars l'once, porté à la fois par le repli du dollar et l'espoir de nouvelles mesures de soutien à l'économie américaine.

(Laetitia Volga, édité par)

Let's block ads! (Why?)