Le déficit budgétaire de l'Ontario devrait grimper à 38,5 milliards de dollars

Deux hommes en complet veston et cravate

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, et le ministre des Finances, Rod Phillips.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Thalia D’Aragon-Giguère

Dans son plus récent énoncé économique, le gouvernement ontarien projette un déficit de 38,5 milliards de dollars avec une baisse de 6,7 % du PIB en 2020. À l’heure où l’Ontario se déconfine graduellement, l’économie provinciale montre toutefois des signes encourageants en dépit des répercussions financières de la pandémie.

Le déficit provincial représente une augmentation de 18 milliards de dollars par rapport aux perspectives financières publiées en mars dernier.

Le Bureau de la responsabilité financière, le chien de garde budgétaire de la province, estimait alors un déficit de 41 milliards de dollars en Ontario au cours de l’exercice financier de 2020-2021.

Selon le gouvernement ontarien, cet écart résulte essentiellement des mesures mises en place dans la province afin de protéger la santé et les emplois de la population en cette période de pandémie.

Composer avec la COVID-19 n’a été un choix pour personne, a souligné le ministre des Finances, Rod Phillips, en conférence de presse mercredi. Notre gouvernement a déterminé que mettre la santé publique au premier plan permettrait non seulement de sauver des vies, mais aussi d’adopter la politique économique la plus judicieuse.

À ce jour, l’Ontario a investi 30 milliards de dollars dans son plan d’action contre la COVID-19, par rapport au montant initialement prévu de 17 milliards de dollars au début de la crise sanitaire.

Même si la route vers la reprise sera longue, il est essentiel de gagner la lutte contre le virus pour que notre économie reprenne de la vigueur et pour assurer la viabilité à long terme des finances publiques.

Rod Phillips, ministre des Finances

Depuis la dernière mise à jour fiscale, en mars, le gouvernement ontarien a annoncé de nouvelles initiatives afin de soutenir la population ainsi que les entreprises face à la pandémie.

En plus d’investissements supplémentaires dans le système de santé, la province a également accordé du financement aux municipalités ontariennes ainsi qu’aux petites entreprises afin de les accompagner sur la voie de la relance économique.

Une approche prudente en période incertaine

Le gouvernement ontarien se veut prudent quant aux prévisions économiques puisqu’une grande incertitude plane toujours sur les finances de la province en raison du caractère imprévisible de la pandémie de COVID-19.

D'un point de vue économique et sanitaire, nous traversons toujours une période incertaine, a affirmé le ministre des Finances, Rod Phillips. Le risque d'une deuxième vague est réel malgré nos efforts collectifs pour la déjouer.

L’Ontario souhaite ainsi préparer ses ressources financières en prévision d’une seconde vague de coronavirus dans la province. C’est un contexte instable, a mentionné M. Phillips, en soulignant notamment les impacts potentiels de la gestion de la crise sanitaire au sud de la frontière sur l’économie canadienne.

M. Phillips se dit malgré tout conscient que le niveau de dépenses actuel n’est en aucun cas durable sur le long terme. Il explique toutefois que ces mesures d’urgence sont nécessaires afin d’assurer une réponse effective à la pandémie.

Lors d'un point de presse mercredi après-midi, le premier ministre Doug Ford a souligné que l'essentiel pour l'instant était la reprise économique de la province. Ma principale préoccupation est de protéger la population de l'Ontario et les propriétaires de petites entreprises qui luttent comme jamais, a-t-il indiqué.

Des données encourageantes malgré le déficit

En dépit des impacts financiers associés à la pandémie de coronavirus, plusieurs indicateurs donnent à penser que l’économie ontarienne se trouve actuellement dans la bonne direction.

Lors des deux derniers mois, le nombre d’emplois net a augmenté de 528 600 tandis que le taux de chômage est descendu à 11,3 %.

La revente de logements dans la province a par ailleurs bondi de 56,6 % en mai et de 67 % en juin, après avoir reculé pendant deux mois consécutifs.

D’autres indicateurs économiques relatifs à la consommation ainsi qu’à la vente au détail montrent également des signes de reprise.

La prochaine mise à jour financière de la province sera présentée d’ici le 15 novembre 2020 sous la forme d'un budget provincial pluriannuel.

Une fillette piquée par une galère portugaise en Nouvelle-Écosse
COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Yves-François Blanchet lance un ultimatum aux libéraux
Politique fédérale
Vaccin Spoutnik V contre la COVID-19 : trop tôt pour crier victoire!
Vaccination
Le plan de Québec sur la valorisation de la langue française se fait attendre
Politique provinciale

Let's block ads! (Why?)