La requalification des chauffeurs d'Uber et Lyft en salariés cassée en appel

Les logos d'Uber et de Lyft affichés dans la fenêtre arrière d'un véhicule routier.

Les deux sociétés concurrentes avaient déclaré être dans l'incapacité de se conformer dans les temps à une nouvelle loi.

Photo : Reuters / Lucy Nicholson

Reuters

Une cour d'appel de la Californie a suspendu jeudi la décision d'un tribunal ordonnant aux groupes de VTC Uber Technologies et Lyft de requalifier à partir de vendredi leurs chauffeurs en salariés.

Les deux sociétés concurrentes avaient déclaré être dans l'incapacité de se conformer dans les temps à une nouvelle loi, qui garantit à leurs chauffeurs plusieurs avantages, comme un salaire minimum, des congés de maladie ou l'assurance-emploi.

Uber et Lyft avaient déposé une requête auprès de la Cour d'appel de la Californie pour bloquer cette décision, qui risquait de les contraindre à suspendre leurs activités en Californie à partir de jeudi soir à minuit.

Nous sommes heureux que la Cour d'appel ait reconnu les questions importantes soulevées dans cette affaire et que l'accès à nos services essentiels ne soit pas interrompu. Nous continuerons de défendre le droit de nos chauffeurs à choisir librement de travailler comme ils le souhaitent, a déclaré Uber dans un communiqué.

En Bourse jeudi, les titres Lyft et Uber gagnaient plus 6 % à Wall Street.

L'agent de sécurité happé devant un Walmart de Sherbrooke est décédé
COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Vers la fin de la PCU : une transition de 37 milliards de dollars sur un an
Politique fédérale
Comment différencier la COVID-19 du rhume de votre enfant
Santé publique
Dans le coma, l'opposant russe Navalny sera transporté en Allemagne
Politique internationale

Let's block ads! (Why?)