La pandémie plombe les revenus trimestriels d’Hydro-Québec

Le logo d'Hydro-Québec au sommet de son siège social, à Montréal.

Hydro-Québec essuie d'importantes pertes de revenus en 2020.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Les résultats d'Hydro-Québec ont été durement touchés par la pandémie de coronavirus, son bénéfice net ayant chuté de 184 millions de dollars entre les deuxièmes trimestres de 2019 et de 2020.

Le bénéfice net est ainsi passé de 264 millions de dollars au deuxième trimestre de 2019 à 80 millions de dollars au deuxième trimestre de 2020 -- qui s'est entièrement déroulé durant les mesures de protection engendrées par la pandémie, soit du 1er avril au 30 juin.

En raison de ces mesures comme le télétravail et la fermeture de plusieurs entreprises, Hydro-Québec a enregistré une baisse de la consommation d'électricité au Québec dans les secteurs commercial, institutionnel et des petites industries. La consommation d'électricité dans le secteur résidentiel, elle, a crû de 5 %.

Hors du Québec également, la société d’État a enregistré une baisse de ses ventes de 7 % en Ontario, de 4 % en Nouvelle-Angleterre et de 7 % dans l'État de New York.

C'est aussi tout le premier semestre de 2020 qui a été touché par la pandémie et les mesures de restrictions inhérentes.

Pour ce semestre de 2020, le bénéfice net est passé de 2,038 milliards de dollars à 1,605 milliard de dollars, soit une baisse de 433 millions de dollars.

Une grande incertitude demeure, a affirmé Jean-Hugues Lafleur, vice-président exécutif et chef de la direction financière et du risque chez Hydro-Québec, au cours d'une rencontre virtuelle avec la presse pour présenter les résultats financiers, vendredi.

Un hiver plus chaud

Cette fois, la baisse est attribuable non seulement à la pandémie, mais aussi à l'hiver 2020 qui s'est révélé plus chaud que l'hiver 2019. Les impacts se sont fait particulièrement sentir durant le deuxième trimestre, a souligné M. Lafleur.

Qui plus est, à l'exportation, le prix obtenu, qui était de 4,9 cents le kilowattheure en 2019, est passé à 4,4 cents en 2020.

M. Lafleur s'attend à ce que les répercussions de la pandémie de coronavirus continuent de se faire sentir au cours des prochains mois.

À cause du contexte, Hydro-Québec a dû intervenir du côté de ses provisions pour mauvaises créances. M. Lafleur a expliqué que, bon an mal an, Hydro compte environ 90 millions de dollars à ce chapitre. Cette fois-ci, la somme a augmenté à 125 millions de dollars.

C'est surtout la clientèle d'affaires qui a été plus frappée, a-t-il expliqué. Pour les clients résidentiels, il y a eu des ententes de paiement mises en place.

Les difficultés financières que pouvaient éprouver les clients ont ainsi été atténuées par les mesures mises en place par les différents ordres de gouvernement et par Hydro-Québec, a noté M. Lafleur.

Il a d'ailleurs souligné que ce n'est pas un montant si élevé que ça, compte tenu de la taille de la société d'État.

COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Des centaines de milliards de dollars plus tard…
Gérald Fillion
Politique fédérale
Sports à l’école : pas besoin de respecter la classe-bulle à partir du 14 septembre
Politique provinciale
Les restrictions à la frontière canadienne prolongées jusqu'au 30 septembre
Politique fédérale
Deux policiers ont essayé d'arrêter Jacob Blake avec des pistolets Taser
Forces de l'ordre

Let's block ads! (Why?)