Journée des disquaires indépendants : un baume pour les boutiques de Québec

Une femme avec un masque cherche des disques dans le présentoir d'un commerce.

Le magasin de disques Le Knock-Out à Québec.

Photo : Radio-Canada

Érik Chouinard

Même si elle arrive avec du retard cette année, la Journée des disquaires indépendants est la bienvenue pour ceux de la région de Québec. Malgré la pluie et la capacité réduite à l’intérieur des magasins, les mélomanes sont prêts à patienter pour mettre la main sur le disque qu’ils affectionnent.

Par respect pour les mesures de santé publique, Roxann Arcand, la propriétaire du disquaire Le Knock-Out, ne peut accueillir que cinq clients à la fois dans son commerce. On ne savait pas trop à quoi s’attendre cette année, mais les gens sont au rendez-vous, ils font la file ce matin devant le magasin, se réjouit la propriétaire.

Le constat est similaire du côté du plus récent café-disquaire, la Société des Loisirs, qui a ouvert ses portes tout juste après le confinement, le 17 mai. On a un bon roulement depuis ce matin, il y a plein de gens, indique l’un des fondateurs du commerce, Olivier Besse. Le café-disquaire peut tout de même se permettre d’accueillir un peu plus de clients, six dans la section disquaire et dix dans la section café.

Olivier Besse compare Record Store Day à la journée J’achète un livre québécois. C’est un bon moyen d’encourager les disquaires et ça permet parfois de faire des découvertes musicales intéressantes, affirme-t-il.

img30132

La Société des Loisirs quelques jours après son ouverture en mai.

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

La journée devait initialement avoir lieu le 18 avril, mais elle a été reportée à cause de la pandémie.

Cette année aussi, l’événement se déroule en trois parties, à chaque dernier samedi des mois d’août, septembre et octobre. C’est comme un test aujourd’hui pour les prochaines journées, estime Roxann Arcand.

Les mélomanes peuvent se procurer des exclusivités produites spécifiquement pour l'occasion. COVID ou pas, c’est important pour nous comme journée, poursuit la propriétaire du Knock-Out.

Un bon été malgré tout

Le confinement et la COVID-19 n’ont pas enlevé le goût d’acheter de la musique en magasin, selon les deux commerçants du quartier Saint-Roch.

L’intérêt pour les achats locaux fait peut-être son effet. Je trouve que de plus en plus de gens sont sensibilisés à acheter dans les petits disquaires indépendants plutôt que d’encourager les grosses compagnies, observe Roxann Arcand.

Même avec une ouverture en pleine pandémie, le cofondateur de la Société des Loisirs est aussi satisfait de son été. Rapidement, on s’est mis à avoir des clients réguliers et on voit aussi de nouveaux visages presque tous les jours, souligne-t-il.

COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Manifestations pour le définancement de la police : la statue de Macdonald déboulonnée
156 cas de COVID-19 au Québec : un sommet en près d'un mois
Santé publique
La succession de Leonard Cohen pense poursuivre le Parti républicain
Musique
Protestations en Europe contre la « tyrannie médicale »
Coronavirus

Let's block ads! (Why?)