Hong Kong: Arrestation du patron de presse et activiste Jimmy Lai

© Reuters. HONG KONG: ARRESTATION DU PATRON DE PRESSE ET ACTIVISTE JIMMY LAI © Reuters. HONG KONG: ARRESTATION DU PATRON DE PRESSE ET ACTIVISTE JIMMY LAI

HONG KONG (Reuters) - L'une des figures du mouvement pro-démocratie hongkongais, le patron de presse Jimmy Lai, a été arrêté lundi sur la base de la nouvelle loi de sécurité nationale, pour des soupçons de collusion avec des puissances étrangères, tandis qu'une perquisition a été menée au siège de son journal Apple (NASDAQ:) Daily.

L'arrestation de Jimmy Lai, âgé de 71 ans, intervient alors que Pékin veut réprimer l'opposition dans la région administrative spéciale chinoise, alimentant les craintes sur le respect des libertés promises à l'ancienne colonie britannique au moment de sa rétrocession à la Chine en 1997.

Le magnat de la presse est l'un des plus fervents critiques de Pékin, qui a imposé fin juin une nouvelle loi de sécurité nationale décriée par les pays occidentaux.

Aux yeux de Steven Butler, coordinateur du programme de protection des journalistes en Asie, cela "confirme les pires craintes" que la nouvelle loi "soit utilisée pour réprimer les avis critiques en faveur de la démocratie et restreindre la liberté de la presse". Il a appelé à la libération de Jimmy Lai et à l'abandon de toute poursuite judiciaire éventuelle.

La nouvelle loi de sécurité nationale pour Hong Kong est destinée selon la Chine à punir la subversion, le terrorisme, le séparatisme et la collusion avec des forces étrangères.

Les activistes pro-démocratie voient dans cette loi une répression des libertés, tandis que ses partisans la jugent essentielle pour ramener la stabilité à Hong Kong après les manifestations parfois violentes de l'an dernier.

Jimmy Lai s'est régulièrement rendu à Washington, où il s'est entretenu avec de hauts représentants de l'administration américaine dont le secrétaire d'Etat Mike Pompeo, pour chercher du soutien en faveur de la démocratie à Hong Kong, ce qui lui a valu d'être considéré comme un "traître" par la Chine.

La police hongkongaise a fait savoir qu'elle avait arrêté sept personnes pour des violations présumées à la nouvelle loi de sécurité nationale, dont collusion avec des puissances étrangères. Il s'agit de résidents locaux, âgés de 39 à 72 ans, a-t-elle indiqué, sans les nommer. Des arrestations supplémentaires sont envisagées, a ajouté la police.

Le journal Apple Daily a diffusé via sa page Facebook (NASDAQ:) des images en direct montrant des dizaines de policiers entrer dans ses locaux et noter l'identité des personnes présentes.

Jimmy Lai a été arrêté à son domicile lundi matin, de même que l'un de ses fils, a rapporté le tabloïd publié par le groupe Next Digital, propriété de Lai.

Sur les images diffusées sur Facebook, on pouvait voir la police accompagner Lai, menotté, dans son bureau.

Une source au sein du journal a déclaré que des cadres de l'entreprise ont également été ciblés. Des perquisitions ont été menées à leurs domiciles, a précisé cette source, dénonçant un "harcèlement pur et simple".

Lai avait déjà été arrêté cette année pour rassemblement illégal, en rapport avec les manifestations de l'an dernier.

Les autorités hongkongaises avaient déjà arrêté 15 personnes dans le cadre de la nouvelle loi sécuritaire, dont des adolescents à qui il est reproché des publications sur les réseaux sociaux.

(Marius Zaharia et Greg Torode; version française Jean Terzian)

Let's block ads! (Why?)