Des panneaux publicitaires suggèrent le Canada aux résidents de Silicon Valley

Un panneau publicitaire est éclairé au bord d'une autoroute.

Les panneaux publicitaires sont installés le long de la route 101 dans la Silicon Valley. Ils visent à inciter les travailleurs de la technologie préoccupés par leur visa ou leur statut d'immigration à envisager le Canada.

Photo : Photo soumise par Candace Beres

Radio-Canada

L'industrie de la technologie dans la région de Waterloo, en Ontario, espère qu'une campagne d'affichage provocante dans la Silicon Valley incitera certains travailleurs de la technologie inquiets à venir s’installer au Canada.

Communitech, une entreprise de Kitchener qui promeut l'industrie technologique canadienne, a dépensé 100 000 $ pour neuf grands panneaux d'affichage placés à des points clés le long de la route 101, de San Francisco à Santa Clara, en Californie.

Les panneaux d'affichage demandent : Et si mon visa était annulé? et et si je perdais mon emploi et mon assurance maladie? sur fond rouge et blanc du drapeau canadien. L'adresse du site Internet de Communitech est située en bas.

Les affiches, installées le 27 juillet, resteront en place jusqu’à la fin du mois d’août.

La campagne fait référence à la récente suspension de certains visas de travail par le président américain Donald Trump. Parmi eux, le visa H-1B, qui est populaire parmi les travailleurs de la technologie.

Aux États-Unis, ce dernier visa est disponible pour jusqu'à 85 000 personnes par an. Il est destiné aux travailleurs ayant des connaissances hautement spécialisées qui détiennent au moins un baccalauréat, souvent en sciences, en technologie, en ingénierie, en enseignement ou en comptabilité.

Toutes ces personnes [qui] ne pourront potentiellement pas travailler aux États-Unis sont les meilleurs talents du monde entier

Iain Klugman, PDG de Communitech

Le message que nous essayons de leur transmettre est de leur dire: "Hé, vous savez quoi, si vous ne pouvez pas travailler ou si vous perdez votre emploi, nous aimerions que vous pensiez au Canada".

Depuis le lancement de la campagne d'affichage de Communitech, plus de 75 personnes ont inscrit leur nom sur une liste demandant plus d'informations sur le travail au Canada.

Les travailleurs qui entrent en contact avec Communitech obtiennent des renseignements sur les permis de travail et les sites d'emploi canadiens, y compris les opportunités à travers le pays, de Viatec en Colombie-Britannique à Volta Labs en Nouvelle-Écosse, indique la porte-parole Candace Beres.

Photo par drone de la Silicon Valley.

La Silicon Valley est le plus grand pôle de la technologie et de l'innovation numérique aux États-Unis.

Photo : iStock / SpVVK

Carolyn Said, qui couvre les affaires et la technologie pour le journal San Francisco Chronicle, a déclaré que le gel des H-1B bouleversait les gens de l'industrie.

À mon avis, les gens pensent que c'est une décision à très courte vue, affirme la journaliste.

Plus de la moitié des grandes entreprises technologiques ici (…) ont été créées soit par des immigrants, soit par des enfants d'immigrants, et en nous privant des futurs immigrants, nous nous privons des Google de demain.

La volatilité politique a un impact sur les travailleurs étrangers qualifiés

L'histoire montre que la volatilité politique pousse souvent les travailleurs qualifiés à déménager, selon le démographe Michael Haan.

Les migrants hautement qualifiés sont extrêmement mobiles et réagissent souvent assez fortement au climat politique local parce que leur pouvoir de négociation sur d'autres marchés du travail est très élevé, présente M. Haan, professeur de sociologie à l’Université Western à London, en Ontario.

À la fin des années 80 et au début des années 90, plus de 2000 migrants sont arrivés au Canada en provenance de Hong Kong avant le transfert du pouvoir prévu en 1997 de la Grande-Bretagne à la Chine, affirme le démographe.

L'intérêt envers une installation au Canada a également augmenté pendant le Brexit, selon lui. Il pense que le gel actuel des visas américains pourrait conduire à une situation similaire.

Les gens qui sont aux États-Unis avec ces visas, en particulier s'ils sont mobiles et surtout s'ils sont hautement qualifiés, ils ne le supporteront probablement pas très longtemps.

Avec les informations de CBC, et La Presse canadienne
COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Report d'élections au Nouveau-Brunswick : l'offre rejetée
Politique provinciale
Les hôpitaux pourraient ne pas être prêts pour un nouveau pic à l'automne
Santé publique
COVID-19 au Costco : un 2e site de dépistage bientôt à Québec
Santé publique
Près de 550 personnes potentiellement exposées à la COVID-19 dans un bar de danseuses
Coronavirus

Let's block ads! (Why?)