Des banques européennes sommées de ne plus financer le commerce pétrolier en Amazonie

© Reuters. DES BANQUES EUROPÉENNES SOMMÉES DE NE PLUS FINANCER LE COMMERCE PÉTROLIER EN AMAZONIE © Reuters. DES BANQUES EUROPÉENNES SOMMÉES DE NE PLUS FINANCER LE COMMERCE PÉTROLIER EN AMAZONIE

par Matthew Green, Alexandra Valencia et Simon Jessop

LONDRES/QUITO (Reuters) - Six banques européennes engagées à soutenir la lutte contre le changement climatique sont accusées de double discours par des communautés indigènes équatoriennes après la publication d'un rapport selon lequel elles participent activement au financement du négoce du issu de régions de la forêt amazonienne.

D'après les associations Stand.earth et Amazon (NASDAQ:) Watch, les banques Credit Suisse, BNP Paribas (PA:), ING (AS:), Natixis (PA:), Rabobank et UBS ont été les principales banques ayant financé le transfert d'environ 10 milliards de dollars de pétrole d'origine équatorienne vers des raffineries des Etats-Unis au cours de la dernière décennie.

Malgré les différents engagements environnementaux pris par ces banques, le rapport, qui se base sur une analyse des données douanières et de certification commerciale des Etats-Unis pour la période 2009-2020, affirme qu'elles ont continué de jouer un rôle dans le commerce pétrolier en Amazonie en 2020.

La banque hollandaise Rabobank a annoncé dans un communiqué qu'elle avait arrêté de financer les frets de pétrole équatorien plus tôt cette année, en ajoutant que les inquiétudes exprimées faisaient "partie de nos engagements et nos procédures liées aux opérations de financement du commerce".

La banque française Natixis ainsi que la banque néerlandaise ING ont déclaré à Reuters être en train de travailler afin de répondre à ces préoccupations sur les opérations liées à l'Amazonie. La banque suisse UBS a annoncé avoir déjà refusé certaines opérations issues de cette région en raison de problèmes concernant le droit à la terre des indigènes.

Credit Suisse a assuré que ces activités ne représentaient aucune violation de sa politique de financement des activités pétrolières et gazières.

La banque française BNP Paribas a estimé que la méthodologie du rapport était "opaque", se demandant notamment comment ses auteurs avaient pu obtenir des estimations sur l'exposition financière de ces banques.

(Brenna Hughes Neghaiwi à ZURICH, Melanie Burton à MELBOURNE, version française Flora Gomez, édité par Jean-Michel Bélot)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Let's block ads! (Why?)